Après avoir été différée en 2016 pour une période de trois ans, en l’occurrence pour l’année 2019, plus exactement au 2 août 2019, l’opération de mise en conformité des habitations a comptabilisé à la fin du mois de janvier 2019 le dépôt de 25 306 dossiers au niveau des communes. Un total de 21 750 dossiers a fait l’objet de transfert vers les daïras à des fins d’étude et approbation. Dans ce sillage, la commission de daïra fait état de 19 688 dossiers étudiés pour un total de 11 600 validés. D’autre part, 2 497 dossiers ont été refusés par la commission de daïra et 5 576 autres différés alors que pas moins de 3 533 dossiers se trouvent actuellement au niveau des communes
et 2 062 autres au niveau des daïra. L’opération de mise en conformité, dont les délais ont été pourtant prolongés chaque fois par les pouvoirs publics pour permettre aux citoyens de régulariser la situation de leur habitation, fait face à une réticence inexpliquée des citoyens. Pourtant la mise en conformité est une mesure capitale pour la sécurité de l’habitation envers les risques qu’elle peut encourir lors d’éventuelles catastrophes naturelles Pour ce qui est de l’unification des méthodes d’étude des dossiers dans le cadre de la loi 15/08, notamment pour ce qui est du logement RHP (résorption de l’habitat précaire),du logement rural et autres, les dossiers sont étudiés au niveau de la commission de daïra. Cette dernière se prononcera sur la conformité en vertu de la loi 15/08 et le décret exécutif 154/09. Dans ce sillage, aucune étude n’est entreprise pour les dossiers spécifiques à l’habitat précaire et rural conformément au texte de l’article 18 de la loi 15/08. Le délai de mise en conformité sera-t-il prolongé encore une fois ? K. M.