Par Moumene Belghoul
La Coupe d’Afrique des Nations dans sa 32ème édition est lancée. Avec ses traditionnels couacs de l’organisations et les coutumiers frasques post-compétition de certaines équipes, comme les inévitables Lions indomptables du Cameroun. Sans lesquels la CAN ne serait pas la CAN. Avec l’entame de cette compétition couleurs Afrique, les noms des grands favoris de l’épreuve reviennent souvent chez les observateurs. Avec dans l’ordre : Egypte-Sénégal-Maroc. L’Egypte, le pays hôte emmené par le phénomène Mo Salah et poussé par tout un peuple fou du ballon, n’a pas l’intention de laisser filer «sa » coupe, le Sénégal avec son armada de joueurs de talents qui font les beaux jours des clubs européens, et le Maroc dirigé par un certain Hervé Renard qui semble avoir entamé une belle histoire d’amour avec ce trophée désiré chaque deux années. Cette CAN se joue en Egypte, et cela n’est pas un fait anodin. L’Egypte est un géant du football africain. Tant au niveau des clubs que de l’équipe nationale. Les Pharaons d’Egypte sont les recordmenn absolus des sacres de la coupe d’Afrique des Nations. Cependant, être favori en Coupe d’Afrique des Nations s’est avéré souvent un véritable piège. Même pour celles réputées être de grandes nations du football. La Tunisie, le Maroc, la Côte d’Ivoire, le Ghana et même l’Egypte ont eu à goûter à l’amère déception de perdre chez soi, devant un public en pleurs. Sur trente et une éditions seulement, six pays organisateurs ont été vainqueurs. En 1990, l’Algérie a réussi cet exploit, (s’en est devenu un au vu de la difficulté). La CAN offre ainsi cette incertitude et cela est de bon augure. Les autres prétendants pourront surprendre. L’équipe d’Algérie a indéniablement un bon coup à jouer. Le fait de passer pour un outsider, c’est connu, allège la pression qui pèsera justement sur ceux qui doivent confirmer les espérances. Dans une longue et harassante compétition à 24, la gestion des capacités au fil des jours et des rencontres fera la différence. A l’évidence, c’est l’équipe qui en aura la maitrise qui sera reine d’Afrique le 19 juillet prochain.