Le directeur de l’établissement pénitentiaire de Koléa, Ahmed chaouchi a indiqué qu’il a été enregistré 97 candidats à l’examen du Baccalauréat durant la session de juin 2019 dont 9 filles et 124 au BEM dont 12 filles. Selon la direction des établissements pénitentiaires et de réinsertion, ces candidats font partie des 4300 prisonniers récencés au niveau national et se répartissent dans 43 centres d’examen au niveau national agréés par le ministère de l’Éducation nationale. La présence de ces candidats à l’examen augure, selon eux, de l’obtention de bons résultats comme cela a été le cas lors des précédentes sessions qui offrent leur chance aux jeunes détenus pour leur réinsertion dans la vie normale. Le Baccalauréat concerne les candidats libres, les candidats aux besoins spécifiques, mais aussi les détenus depuis 1999. Ces derniers sont au nombre de 4320 détenus au niveau national qui se présenteront aux épreuves de fin de cycle moyen dans différentes spécialités. Par ailleurs, les responsables de l’administration pénitentiaire affirment que certains lauréats du Bac pourront rejoindre les bancs universitaires, d’autres peuvent bénéficier d’une formation à distance dans la prison selon la situation de chacun d’entre eux. Il faut rappeler que les détenus de droit commun ont la possibilité de passer leur baccalauréat au même titre que les candidats scolarisés, comme le prévoit la loi de la réforme pénitentiaire de l’année 1972. Pour des raisons liées à la situation sécuritaire de notre pays, cette loi n’a pas été mise en œuvre tout de suite et il a fallu attendre l’année 1999 pour que ces textes soient appliqués. Cette année, ils sont plus de 4000 prisonniers, dont l’âge varie entre 25 et 45 ans, à passer leur baccalauréat dans plusieurs centres de rééducation et réadaptation dont près d’une centaine à Tipasa. Il faut préciser qu’il a été mis à la disposition des détenus plus de 10 000 livres, afin de leur permettre de se préparer et de faire une bonne révision du programme qui est le même que celui des autres candidats. Notons que les futurs bacheliers auront le droit de s’inscrire à l’université de la formation continue ou de faire une demande au ministère de la Justice pour l’obtention de la liberté conditionnelle, ou encore de la semi-liberté, afin de pouvoir s’inscrire à la faculté de leur choix. Concernant l’examen du baccalauréat pour les candidats scolarisés dans la wilaya, il a été recensé 31 centres d’examen qui ont accueilli 9906 candidats dont 4065 garçons et 5750 filles. Concernant les candidats libres, il a été recensé l’inscription de 2910 dont 1464 garçons et 1463 filles, mais selon la direction de l’éducation, une centaine d’entre eux ne s’est pas présentée le jour de l’examen. L’encadrement dans les 31 centres est pris en charge par 2773 agents qui viellent au bon déroulement des cinq jours d’examen. n