«L’œuvre d’Assia Djebar entre transcription et transmission» est l’intitulé d’une journée d’étude, qui aura lieu ce samedi 22 juin à la Bibliothèque communale de Larbaâ Nath-Irathen, et qui abordera l’œuvre de la grande écrivaine, cinéaste et académicienne Assia Djebar (1936-2015).

Organisée par L’Entreprise d’organisation de manifestations culturelles, économiques et scientifiques (Emev), cette rencontre verra la participation de plusieurs universitaires et auteurs qui aborderont une œuvre pluridisciplinaire pour la «vulgariser en dehors des amphis de l’université», comme nous l’indiquait, il y a quelques jours, Amirouche Malek, coorganisateur avec Aziz Naâmane (de l’Université Mouloud-Mammeri de Tizi Ouzou) de cet événement. Après celles organisées pour évoquer Mouloud Mammeri, Mouloud Feraoun et Si Amar U Said Boulifa et leur œuvre, cette journée d’étude se construit autour de plusieurs axes de réflexions dont «l’Histoire, la mémoire, la voix féminine, l’oralité, le corps féminin, l’espace, le mouvement, la langue, l’identité, le métissage, la polyphonie, l’intertextualité, la traduction et la transmission…». Hacène Helouane animera une communication intitulée «Assia Djebar et les langues -sa position vis-à-vis de la langue amazighe», alors que Aziz Naâmane présentera une communication intitulée «Assia Djebar : Une mémoire, une écriture pour exister». De son côté, Ahmed Bedjaoui proposera une intervention portant sur Assia Djebar la cinéaste, alors qu’Assia Kacedali interviendra sur «La littérature comme canal de transmission de l’histoire». «L’œuvre d’Assia Dejbar et son influence sur le féminisme international contemporain» est le thème de la conférence de Nadia Sebkhi, tandis que Kamel Bouchama présentera une communication intitulée «Lecture… Assia Djebar… comme dans mon souvenir…».
Enfin, «Assia Djebar, une figure de l’aube» est le thème de l’intervention de Djoher Amhis-Ouksel. Par ailleurs, les organisateurs soulignent, dans leur argumentaire, que cette rencontre tend à «rendre hommage à [une] icône de la littérature algérienne francographe», auteure d’une œuvre importante et singulière comprenant « douze romans, deux recueil de nouvelles, deux essais, deux films, un recueil de poèmes, une pièce de théâtre, et plusieurs articles et contributions». Une œuvre qui continue de résonner au présent et qui exprime l’engagement intellectuel et artistique d’une écrivaine exceptionnelle.