Après plusieurs mois d’attente, la famille Bouzrima peut maintenant faire le deuil de son fils décédé en Macédoine.

Tout avait commencé il y a plus d’une année quand Khaled Bouzrima, un jeune d’une trentaine d’années avait décidé de tenter l’aventure de la harga. Plusieurs de ses amis diront qu’il avait traversé la Méditerranée à partir de Oued Begrat, une plage de Annaba. D’autres affirmeront que l’essai avait été hasardé à partir des plages tunisiennes. En tout cas, un appel d’Europe avait tranquillisé ses parents, quelques jours après son départ. Personne ne sait si Khaled voulait rentrer en Allemagne, où la France. En tout cas, le jeune Bouzrima de la société populaire et populeuse de Daksi donnera de ses nouvelles à partir de la Macédoine où il n’avait pas l’intention de faire long feu.

Malheureusement, il y a 8 mois, les parents de Khaled recevront une mauvaise nouvelle : leur fils était décédé en terre macédonienne, la jeune république de l’Europe de l’Est. C’était la panique et la consternation, particulièrement chez ses parents qui ont frappé à toutes les portes d’abord pour confirmer la funeste nouvelle, puis, la mort dans l’âme, pour essayer de rapatrier le corps de leur enfant. Mais c’était sans compter sur les autorités macédoniennes qui voulaient incinérer le corps du jeune constantinois.

Par l’entremise de l’union des émigrés algériens qui avait remué ciel et terre pour impliquer l’ambassade d’Algérie en Roumanie, et la presse nationale alertée dès le mois de mai dernier, des proches iront à la Macédoine pour constater que leur enfant n’avait pas ncore été incinéré. Dès lors, les procédures d’usage furent appliquées et le corps du jeune Khaled Bouzrima sera enfin rapatrié vers Constantine par un vol de la Turkish Airlines mercredi 19 juin.

Pour la famille, c’est une autre bataille qui s’engage, car comme nous le confiera un proche du défunt, le corps de Khaled doit passer par la case autopsie. La raison en est la suspicion quant aux causes ayant entrainé le décès du jeune homme. Plusieurs hypothèses ont été avancées, comme l’accident suite à un saut de Bouzrima d’un train en marche, où l’autre version qui stipule que le jeune homme a été percuté par un train alors qu’il se trouvait dans une voiture. « Le fait que les autorités macédoniennes aient voulu à tout prix incinérer la dépouille de Khaled jette une ombre sur les vraies raisons de sa mort, nous dira un membre de la famille du défunt, outre le fait que la religion musulmane interdit formellement la crémation d’un mort, chose qu’ont voulut faire malgré tout les responsables macédoniens ».  

Quoi qu’il en soit, le corps sans vie du défunt Khaled Bouzrima a été transporté dans une ambulance de la protection civile directement vers le CHU de Constantine pour l’autopsie demandé, alors que d’autres proches voulaient tout simplement enterrer le jeune homme, et avec lui les mystères, s’il y en a, qui ont entouré son décès tragique. 


De Constantine, Hamid Bellagha