Par Jean-Louis DE LA VAISSIERE
Un revolver rouillé, qui aurait servi à Van Gogh pour se suicider en 1890, était aux enchères hier à Paris: découverte seulement en 1960, l’arme intéresse des musées et collectionneurs et fascine les «accros» au peintre néerlandais.
Surnommé «l’arme la plus célèbre de l’histoire de l’art», ce revolver de type Lefaucheux de calibre 7 mm, est mis sous le marteau à l’hôtel Drouot par la maison AuctionArt – Rémy Le Fur. L’arme, dont la provenance est jugée sérieuse à défaut de pouvoir être formellement établie, est estimée entre
40.000 et 60.000 euros, avec un prix de départ de 20.000 euros.
Elle avait été retrouvée dans les années 1960 par le cultivateur du champ où le peintre s’était mortellement blessé à Auvers-Sur-Oise et a été exposée par le Musée Van Gogh d’Amsterdam en 2016. Elle avait été remise aux propriétaires de l’hôtel Ravoux où Van Gogh séjournait en 1890. C’est la fille de ces propriétaires qui la vend aux enchères. L’hôtel avait changé de propriétaires dans les années 80.
L’artiste néerlandais, sujet à de fréquentes crises psychologiques, était au sommet de son art, peignant plus d’une toile par jour.
Le dimanche 27 juillet 1890, il se serait rendu dans un champ, aurait soulevé sa chemise et se serait tiré une balle dans la poitrine avec cette arme empruntée à son hôte, l’aubergiste Arthur Ravoux, selon la thèse généralement retenue par les spécialistes.
Le revolver lui aurait échappé des mains et il se serait évanoui. Il se serait réveillé à la tombée de la nuit, blessé, et aurait pris le chemin de l’auberge. Malgré les soins du docteur Paul Gachet, ami des impressionnistes, Van Gogh meurt après deux jours d’agonie dans une chambre modeste.
(source AFP)