Plusieurs cadres de l’Office national des œuvres universitaires (Onou) et du ministère de l’Enseignement supérieur ont été placés en détention provisoire par
le juge instructeur du tribunal de Sidi-M’hamed. Ces derniers sont accusés de corruption, notamment dans le dossier du transport universitaire avec les contrats d’exclusivité signés avec le groupe Tahkout qui en assure la prestation.

Le tribunal de Sidi M’hamed s’est penché sur les dossiers liés à l’homme d’affaires Mahieddine Tahkout et qui concernent les avantages que lui ont accordés le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique et l’Office national des œuvres universitaires.
En effet, la mise sous mandat de dépôt de l’homme d’affaire a eu des répercussions directes sur plusieurs responsables des œuvres universitaires, soupçonnés de collusion avec lui pour l’attribution de marchés, notamment dans le secteur du transport universitaire.
Les éléments de la Gendarmerie nationale ont présenté, hier matin, plusieurs cadres de l’Onou ainsi que des cadres du ministère de tutelle devant le parquet du tribunal de Sidi M’hamed.
Après quelques heures d’audition, le juge d’instruction a finalement inculpé et mis sous mandat de dépôt les mis en cause.
Selon nos sources, les charges retenues contre ces personnes sont, entre autres, le transfert de biens obtenus par des faits de corruption à l’effet d’en dissimuler la source illicite dans le cadre d’un groupe criminel et abus de pouvoir volontaire à l’effet d’accorder d’indus privilèges.
Pour rappel, la semaine passée, plusieurs cadres dont deux ex-directeurs de l’office national des œuvres universitaires ont été placés sous mandat de dépôt pour blanchiment d’argent, corruption et dilapidation de deniers publics. Le procureur de la République près le tribunal de Sidi M’hamed entend, donc, aller plus loin dans les dossiers qui concernent ce secteur.
Il faut dire que le nom de Tahkout a été longtemps associé aux fameux «COUS», l’ancien organisme chargé des œuvres universitaires. L’office national des œuvres universitaires (Onou) est un partenaire de poids de l’homme d’affaires Tahkout, qui a dans son escarcelle le transport des étudiants et l’approvisionnement en denrées alimentaires des cités universitaires. Son monopole, durant de longues années, sur les marchés de ce secteur aura été la clé de son ascension.
Les montants alloués aux comptes budgétivores de ce secteur sont pharamineux.
En 2018, l’Onou a eu un budget de 101,1 milliards de dinars. Une somme répartie entre le personnel, le fonctionnement des services ainsi que les œuvres universitaires (alimentation, transport et bourses). Par ailleurs, les crédits destinés aux œuvres universitaires (alimentation, transport, et bourses) des étudiants s’élèvent à 64,5 milliards de dinars.
A noter que le secteur a bénéficié d’autorisations de programmes pour l’année 2018, qui s’élèvent à 23 milliards de dinars, dont 4 milliards pour les programmes neufs, destinés à l’acquisition d’équipements scientifiques, et 18 milliards pour les réévaluations des projets en cours, principalement ceux concernant la réalisation de nouvelles places pédagogiques et bibliothèques et la viabilisation des sites universitaires.