La secrétaire générale du Parti des travailleurs (PT) Mme Louisa Hanoune sera entendue, demain mercredi, par le juge d’instruction auprès du Tribunal militaire de Blida, indique son avocat Me Boudjemaâ Ghechir.
Elle devra répondre des chefs d’inculpation retenus contre elle, à savoir complot ayant pour but de porter atteinte à l’autorité du commandant d’une formation militaire et complot pour changer le régime, précise la même source. « Le juge d’instruction entrera dans le vif du sujet lors de cette séance qui se déroulera en présence des avocats de la détenue », note son avocat qui ajoute : « Nous allons assister à l’audience et poser les questions qu’il faut. »
A la fin de l’audience, le juge d’instruction décidera s’il prolongera le mandat de dépôt de la secrétaire générale du PT ou lui accordera la liberté provisoire comme le réclament ses avocats, les militants de sa formation politique et des centaines de personnes qui ont signé des pétitions de soutien.
« A la fin de l’audience, qui s’étalera sur les chefs d’inculpation retenus contre ma cliente, le juge d’instruction auprès du Tribunal militaire de Blida décidera s’il la maintient en détention provisoire ou si il lui accordera la liberté provisoire en attendant son procès», explique-t-il. Pour lui, la patronne du PT doit retrouver sa liberté puisqu’elle présente toutes les garanties qu’elle se présentera devant le juge le jour du procès. «Nous souhaitons que le juge d’instruction auprès du Tribunal de Blida remettra Louisa Hanoune en liberté provisoire pour qu’elle puisse se soigner», dit-il.
Selon notre source, la défense ne compte pas rester les bras croisés si le juge d’instruction décide de maintenir la candidate malheureuse à la présidentielle d’avril 2014 en détention provisoire. « Si le juge d’instruction maintient Hanoune en détention provisoire, nous allons utiliser le recours légal existant pour demander sa libération. Nous allons, juste après, déposer une demande de remise en liberté provisoire. La loi permet d’introduire une demande de remise en liberté provisoire un mois après le premier refus », indique-t-il. Pour rappel, le comité de soutien à Louisa Hanoune a programmé, pour le jeudi 20 juin, des rassemblements devant les ambassades et les consulats d’Algérie dans de nombreux pays pour demander la libération immédiate et inconditionnelle de la patronne du Parti des travailleurs. Les membres de l’Entente internationale des travailleurs et des peuples prendront part à cette action.
Un autre rassemblement aura lieu le même jour devant le siège national du Parti des travailleurs à Alger.
Des militants et cadres du PT ainsi que des personnalités politiques sont attendus à cette action de solidarité. Un appel à la libération de la première responsable du PT sera lancé à la fin du rassemblement. A noter que des politiciens français ont initié une pétition exigeant la libération de Louisa Hanoune.
Ils sont plus de 1 000 personnes à l’avoir signée. Pour rappel, elle a été placée en détention provisoire le 9 mai dernier dans le cadre de l’enquête lancée contre deux ex-chefs
du DRS et le frère et conseillé de l’ex-président de la République Bouteflika.