Par Loris Belin
Si vous avez aimé ces play-off, alors vous ne devriez pas être déçu de l’été qui s’annonce. Le marché des transferts s’annonce brûlant, avec plusieurs joueurs d’envergure sur le départ et des cartes possiblement rebattues. Première partie de notre dossier avec les cas Kevin Durant et Kawhi Leonard.
La saison 2018-2019 vient à peine de se conclure par un feu d’artifice que l’été offre déjà les promesses d’un bazar monstre dans le petit monde de la NBA. C’était écrit depuis déjà plusieurs mois, cette intersaison allait voir de nombreux dossiers brûlants se jouer et possiblement changer la face du championnat nord-américain. On ne croyait pas si bien dire.
Car outre les cas les plus attendus, les play-off ont soulevé de nouvelles questions que l’on n’avait pas vues venir. Et l’échange façon «blockbuster» d’Anthony Davis vers les Los Angeles Lakers, avant même l’ouverture officielle de la période des transferts, a déjà lancé la free agency en fanfare. Si les étés de la grande ligue ont souvent donné lieu à des frémissements, voire plus (cf. l’arrivée de LeBron James dans la Cité des Anges l’année dernière), rares sont ceux qui ont durablement et profondément bouleversé la ligue. Celui de 2019 a tout pour s’inscrire dans cette catégorie, et à bien des égards.
Kawhi Leonard ou quand l’homme-clé du champion n’est pas sûr de rester. La NBA a un nouveau patron, les Toronto Raptors. Alors que l’on annonçait la Conférence Est plus affaiblie que jamais, la franchise canadienne a su se sortir des griffes des Milwaukee Bucks après s’être qualifié d’un petit rien face aux Philadelphie Sixers. Alors, vers un nouvel ordre mondial avec le Canada à son sommet ? Rien n’est moins certain. Car l’homme providentiel des Raptors, Kawhi Leonard, n’a pour l’instant signé qu’un CDD dans l’Ontario.
Tel était le prix à payer pour mettre la main sur un joueur capable à lui seul de changer la destinée d’une franchise. La franchise canadienne avait ainsi pris le risque l’an passé de faire tapis pour l’ancien Spur, à savoir l’échanger contre sa tête de proue DeMar DeRozan pour une seule saison de contrat. Le MVP des Finales dispose certes d’une option pour une saison supplémentaire, mais il est d’ores et déjà acquis qu’il ne va pas l’activer.
Reste désormais à savoir ce que l’ailier compte faire de son avenir. A Toronto, Leonard est devenu le patron des Raptors et le héros de toute une ville, qui a fait tout ce qu’elle pouvait pour le séduire. Tout pourrait le convaincre de prolonger l’aventure dans une franchise sacrée, et qui ne peut que progresser avec un noyau neuf et de nombreux joueurs encore jeunes. Seulement, lire entre les lignes du mutique Kawhi est plus qu’un tour de force. Il y a un an, quand son clan forçait son départ de San Antonio, Los Angeles avait ses faveurs, lui qui est né dans la cité californienne. Mais hors de question pour «The Klaw» de jouer les seconds rôles dans quelque équipe qui soit, ce qui semble mettre de facto les Lakers de LeBron hors course.
Les Clippers, les autres résidents de L. A., se frottent déjà les mains et auront largement de quoi satisfaire le porte-monnaie du joueur. Le meilleur joueur du champion sortant prêt à faire ses valises ? Une situation aussi inédite que plausible.

Durant blessé, la pêche au gros poisson bouleversée
Kevin Durant aurait pu être dans la même situation cet été. Elle lui semblait même promise. Double tenant du titre, l’ailier vedette des Warriors était presque annoncé sur la voie royale du «three-peat», un troisième sacre, autant de titres de meilleur joueur des finales, pour mieux boucler la boucle et aller voir ailleurs. Depuis plusieurs mois, tous les signes envoient KD loin de Golden State. Les New York Knicks, à la recherche de leur gloire passée, en auraient fait leur option numéro un pour cet été. Patatras. Une blessure au mollet puis une déchirure du talon d’Achille ont complètement foutu en l’air le plan de Durant et avec lui, celui de nombreuses franchises lors de cette free agency. Le sniper de la Baie était la tête d’affiche de ce marché estival. Celui après lequel plus d’un manager général allait courir. Assuré d’être désormais sur le flanc pour de longs mois, Durant ne peut plus apporter de gage de sécurité quant à son physique. Il se dit que ses anciens prétendants souhaiteraient toujours le recruter et s’assurer de sa présence pour plusieurs années. Mais il ne devrait plus figurer comme le premier choix dans certains esprits. Le joueur, lui, a plusieurs options. La première consisterait à activer son option pour la saison prochaine et passer un an dans l’infirmerie des Warriors avant d’être libre comme l’air. Cette blessure relance aussi la franchise désormais logée à San Francisco puisqu’elle offrirait un cadre stable au multiple All-Star pour mieux pouvoir reprendre. Brian Windhorst, journaliste d’ESPN, croit d’ailleurs savoir qu’elle est même prête à lui offrir un contrat longue durée et au maximum de ses possibilités salariales. Enfin, il peut aussi partir chez un des courtisans qui ne devraient pas manquer (New York Knicks, Brooklyn Nets, Los Angeles Clippers voire Lakers). Lui possède encore toutes les cartes en main mais probablement pas autant d’atouts. Un comble pour l’attaquant le plus complet de la planète. Cet été n’est plus à une folie près.