Après avoir subi, depuis plus d’une décennie, les aléas de l’anarchie, du laisser-aller et du diktat de certains imams et en l’absence d’une commission religieuse rigoureuse, la mosquée Abi Ther El Ghaffari est en pleine mutation -réhabilitation depuis l’arrivée, il y a quelque mois, du nouvel imam. En effet, cette maison de Dieu abritant actuellement la plus grande salle de prière des mosquées du chef-lieu de wilaya, a réussi ces derniers mois le pari de concrétiser un élan remarquable en matière d’organisation, de régularité,
de sensibilisation, d’épanouissement théologique, de bienfaisance et d’intervention dans le cadre de la solidarité. Dans ce sillage, l’école coranique, une structure pour l’assimilation du saint Coran par les enfants, assure régulièrement des cours chapeautés par l’imam en personne. Des cours (halakate) de théologie destinés à l’assimilation et la compréhension des versets et hadith sont assurés chaque mercredi et dimanche entre les prières d’el maghreb et el icha au profit des fidèles. Le pari lancé par l’imam de la mosquée, quant à réaliser le meilleur chiffre en matière de couffins de solidarité Ramadhan a été concrétisé avec pas moins de 480 couffins distribués dont l’estimation minimale est de plus de 5 000 DA. Plus de 200 000 DA ont été collectés par la mosquée et distribués aux familles démunies. D’autre part, les fidèles de la mosquée ont affiché cette année leur satisfaction pour la présence d’un mokrieh (lecteur de Coran) professionnel lors de la prière de taraweh. Désormais, le problème d’hygiène de la mosquée est pris en charge par un programme arrêté par l’imam, afin de donner un meilleur look à la maison de Dieu. n