Le général de corps d’Armée, Ahmed Gaïd Salah, vice-ministre de la Défense nationale, chef d’état-major de l’Armée nationale populaire a mis en garde mardi contre les intentions aux objectifs « ambigus » qui tentent « sciemment » de geler les dispositions de la Constitution, ce qui signifie « l’entrée dans le tunnel sombre du vide constitutionnel ». « Ceux qui prétendent, par ignorance ou arrogance et entêtement, ou animés par des intentions aux objectifs ambigus, oui ambigus, que le pouvoir du peuple est au-dessus de la Constitution et au-dessus de tous- et c’est une vérité utilisées à tort – car ils tentent sciemment d’outrepasser, voire geler, l’application des dispositions de la Constitution, réalisent-ils que cela signifie la suppression de toutes les institutions de l’Etat et s’engouffrer dans un tunnel obscur dénommé le vide constitutionnel ? », a affirmé Gaïd Salah dans son discours prononcé devant les cadres de la 3ème région militaire (Bechar), rapporte l’APS. Pour lui, ceci « signifie par conséquent la destruction des fondements de l’Etat national algérien et penser à construire un autre état avec d’autres standards, d’autres idées et d’autres projets idéologiques, auxquels seront consacrés des débats sans fin ». Il a souligné, dans le même ordre d’idées, que « l’Algérie n’est pas un jeu de hasard entre les mains de n’importe qui, ni une proie facile pour les amateurs d’aventurisme », ajoutant qu »‘elle (l’Algérie) est le produit des sacrifices d’une révolution glorieuse, dénommée le 1er Novembre 1954, qui a besoin de tous ses fidèles enfants ». Pour le vice-ministre de la défense, le peuple qui a « plébiscité » sa Constitution est le plus apte à la « préserver » et « s’y conformer ». Aussi, en déduite-il,  » il est impensable de procéder au nom du peuple, à la destruction de la réalisation du peuple algérien, qui est la loi fondamentale, soit la Constitution ».

Lire également l’article de « Reporters » en cliquant ICI

Plus de détails dans nos prochaines éditions