A l’instar des autres wilayas du pays, les candidats au baccalauréat de la wilaya de Tizi-Ouzou étaient au rendez-vous. Au total, 18 331 candidats ont entamé, hier, les épreuves de l’examen de baccalauréat session 2019 recensés au niveau local, dont 12 249 scolarisés et 5910 libres.

Les candidats rencontrés dès les premières heures de la matinée d’hier au niveau du centre d’examen, lycée Hamki Idir au niveau de la Nouvelle ville de Tizi Ouzou, affichaient des visages fermés entre panique, stress et angoisse. Les responsables de la direction de l’Education (DE) ont multiplié pour leur part les efforts pour réunir toutes les conditions pour le bon déroulement de cet examen décisif pour décrocher le sésame d’accès à l’université et dans l’objectif de permettre à la wilaya de sauvegarder sa place sur le podium à cet examen de fin d’année, et ce, pour la 12e fois consécutive. Hier, aux environs de 7 heures 30 minutes, les candidats arrivent un par un accompagnés de leurs parents, avec des mines pâles, mais avec une ambition de réussir au Bac. C’est dans une ambiance très tendue que s’est déroulée la rentrée des candidats en ce premier jour de l’examen du Bac. « Nous sommes très inquiets en tant que parents, mais franchement je n’ai pas montré mon stress à ma fille», dira Nora, une maman rencontrée devant le lycée Hamki. Même constat chez Hakim, un papa qui s’est déplacé à ce centre d’examen pour tenir compagnie à sa fille, Lisa. « Je suis confiant et j’espère qu’elle réussira, sachant que la première matière c’est l’arabe et elle maîtrise bien cette matière », a-t-il dit. Regroupés devant le portail principal de ce centre, les parents ont tenu à exprimer leur souhait à ce que les sujets des épreuves soient abordables, comme ce fut le cas pour le Brevet d’enseignement moyen (BEM). Pour sa part, le chargé de communication au niveau de la direction de l’Education de la wilaya de Tizi-Ouzou, Mohand Tachaâbount a rassuré que l’opération d’acheminement des sujets s’est déroulée dans de très bonnes conditions, puisqu’elle a été lancée dès les premières heures, plus précisément à 2 heures du matin. Les sujets ont été acheminés à partir du siège de la direction de l’Education vers les 70 centres réquisitionnés à cet effet. « Les chefs de centres et les services sécuritaires étaient au rendez-vous pour sécuriser les sujets », a-t-il dit. Le même responsable a donné une série de recommandations au profit des parents pour encourager leurs enfants de réussir à cet examen. « Il ne faut pas paniquer, c’est un simple examen et les parents ne doivent pas mettre la pression aux enfants », tout en les appelant à laisser leurs enfants déjeuner au niveau des centres d’examen et d’éviter les repas des fast-foods pour éviter les risques d’intoxications alimentaires. Tachaâbount a rassuré que les menus de plats mis à la disposition des candidats au niveau de l’ensemble des centres d’examens sont équilibrés et répondent aux normes d’hygiène. Ajouter à cela, l’eau minérale est disponible au niveau de ces centres.

Les recommandations de la direction de l’education
S’agissant du port de moyens technologiques de l’information et de la communication au niveau des centres d’examen, le même chargé de communication au niveau de la DE a mis en garde l’usage et le port de ces moyens en l’occurrence les téléphones portables et les appareils contenant les options de Bluetooth. Ces appareils, dira-t-il, sont considérés comme une tentative de fraude au baccalauréat, ce qui devra inciter le surveillant à sanctionner l’élève de l’examen. Il est à préciser que des moyens détecteurs de métaux sont mis en place au niveau de différents centres d’examen et qui entrent dans le cadre de la lutte contre la tricherie qui a émaillé ces dernières années cet examen décisif et lui redonner sa valeur d’antan. « Le candidat et les parents doivent lire attentivement la convocation et les conseils prodigués sur le port de téléphones portables ou d’appareils de communication. Il a affirmé que non seulement l’usage de ces appareils est interdit, mais aussi le port de ces appareils est considéré comme une tentative de triche. Dans le même sillage, il a lancé son appel auprès des parents d’interdire à leurs enfants de porter ces appareils au niveau du centre d’examen pour éviter les mesures de sanction à leur égard. Ajouter à cela, il est strictement interdit d’être muni de documents, puisque le candidat est autorisé de prendre avec lui que sa carte d’identité nationale et sa trousse. « Certes, les agents de sécurité sont mobilisés pour empêcher le port de ces appareils de nouvelles technologies au niveau des salles d’examen, mais il faut que les parents jouent leur rôle en interdisant leurs enfants de les prendre avec eux ».