Le président de l’Assemblée populaire nationale (APN), Mouad Bouchareb, tient bon et refuse de céder à la pression exercée sur lui par la direction du Front de libération nationale (FLN). Mais cette résistance n’entame pas la détermination du groupe parlementaire souhaitant son départ immédiat. C’est ainsi que les députés FLN se sont réunis avant-hier pour, encore une fois, appeler Mouad Bouchareb à s’entourer «d’un nationalisme et d’un militantisme suffisants» à même de l’inciter à partir de la présidence de l’APN. Dans un communiqué sanctionnant les travaux d’une réunion du bureau du groupe du parti à l’APN, et sous la présidence de Khaled Bouriah, son président, il est d’emblée noté : «Nous appelons l’ensemble des députés des différentes formations politiques à assumer leur responsabilité historique dans la défense des revendications du peuple, notamment la démission du président de l’APN Bouchareb de la tête de cette institution législative.» S’adressant, tout autant, directement à Bouchareb, les parlementaires du FLN le prient «de bien vouloir accepter de (se) retirer de la présidence de cette institution en réponse à l’exigence du peuple ». Les parlementaires du parti de Djemai estiment que « la stabilité de l’APN et la reprise de ses activités sont tributaires du retrait de l’actuel président de l’APN de son poste ». Sur le plan politique, le groupe parlementaire du FLN s’est exprimé sur les questions de l’heure en vantant les mérites d’un dialogue constructif. «Le groupe parlementaire du FLN appelle à la nécessité du dialogue constructif, en associant toutes les franges de la société sans exclusion ni marginalisation, afin d’atteindre des solutions adéquates à l’effet de sortir de la crise que vit le pays et d’élire un président de la République dans les plus brefs délais», est-il souligné. A ce propos, le rôle de l’institution militaire dans le règlement de la crise est grandement mis en avant par les députés FLN. «Le groupe parlementaire a salué le rôle de l’institution militaire dans la préservation de la stabilité du pays et l’accompagnement du Hirak populaire en vue de répondre aux revendications légitimes», lit-on dans le communiqué, qui ne manque pas de se féliciter « du rôle de la justice dans l’accomplissement de ses missions dans le but de lutter contre la corruption et de soutenir toutes les mesures à même de garantir la justice». «Nous valorisons l’accomplissement de son rôle (la justice Ndlr) dans le cadre des réformes constitutionnelles en vue de faciliter les mesures judiciaires et de contribuer à la garantie de la justice», est-il indiqué.n