« La tenue de cette conférence nationale est un évènement historique, car il s’agit de la première pierre pour la construction d’un Etat de droit, dans lequel aucun Algérien ne se sentira exclu. Pour la première fois depuis l’Indépendance, plus de 70 organisations, syndicats et associations sont parvenus à travailler ensemble et, surtout, à faire des compromis, car nous sommes face à une cause qui est au-dessus de tout. Certes, nous avons eu des débats houleux et des divergences d’opinions, mais nous sommes finalement arrivés à un consensus pour mettre le pouvoir face à ses responsabilités. »