Après avoir fait match nul avec le Burundi (1/1) il y a cinq jours en préparation de la CAN 2019, l’équipe nationale repassera un autre test face à un adversaire plus « huppé » : le Mali en l’occurrence. Cette seconde et ultime opposition amicale en marge du stage entamé à Doha (Qatar), lieu de la rencontre, devrait enregistrer la première d’Andy Delort avec la tunique des « Verts ». Un baptême du feu qu’on ne pourra pas voir puisque ni le public ni les caméras de télévision n’auront accès au Khalifa international stadium. Sur décision de Djamel Belmadi, sélectionneur national, l’empoignade se jouera à huis clos et sans retransmission.

L’épisode Belkebla, renvoyé de l’équipe nationale à cause d’un comportement inapproprié, aura éclipsé le résultat technique du duel face aux Burundais le 11 juin dernier. Contre une opposition modeste, les « Fennecs » n’ont pas pu l’emporter en enregistrant un score de parité. Un mini couac qui est passé inaperçu tant ce qui s’est passé après la rencontre et l’exclusion de Belkebla a pris le gros de l’espace médiatique. Ce soir, ça sera la dernière répétition avant le début de la Coupe d’Afrique des nations. Le driver de l’Algérie devra en tirer les conclusions pour apporter ses derniers ajustements pour ce qui est de son onze et sa formation. Le révélateur malien est d’une très bonne qualité.  Un adversaire qui aurait le même profil que le Sénégal, prochain rival de l’EN dans la poule « C » avec le Kenya et la Tanzanie, selon Belmadi : «On va plus travailler les aspects tactiques qui risquent de changer en fonction des matches et de nos adversaires, avec un Burundi qui ressemble plus au Kenya, et un Mali qui a presque le même profil que le Sénégal.
Deux matchs et deux approches différentes», avait-il indiqué en évoquant les deux sparring-partners de ses poulains lors de la 2e partie de la préparation. Pour rappel, les «Guerriers du Sahara» ont rejoint, le 9 juin dernier, Doha  pour un regroupement qui prendra fin le 18 du mois en cours date à laquelle les coéquipiers de Riyad Mahrez rejoindront leur camp de base au Caire.

Des Aigles en proie au doute
Toujours concernant les homologues du jour, il faut savoir que les Maliens restent sur un match nul (1/1) contre le Cameroun, champion d’Afrique sortant. Néanmoins, on notera que les choses ne vont pas pour le mieux chez les « Aigles » qui pourraient même ne pas disputer la CAN si la FIFA décide de suspendre la Fédération. L’entraîneur national, Mohamed Magassouba, n’avait même envoyé la liste des 23 à la Confédération africaine de football (CAF) avant hier. L’instance malienne, qui doit voter un président dans le plus bref des délais, devra déjà s’acquitter d’une grosse amende pour non respect des délais.
Pour rappel, la deadline était fixée au 11 juin dernier à 23h00 heure égyptienne. « Le message de la FIFA est clair. Si jamais l’Assemblée générale prévue pour ce samedi venait à être sabotée par certaines personnes, la FIFA prendra ses responsabilités. Il y aura des sanctions contre le football malien. Notamment sa fédération, avec sa suspension des compétitions FIFA et même de la prochaine CAN prévue en Egypte du 21 juin au 19 juillet », a averti le directeur régional de la division Associations membres pour l’Afrique et les Caraïbes Véron Mosengo-Omba. Ce soir, « El-Khedra » croisera le fer avec Moussa Marega, coéquipiers de Yacine Brahimi, & cie dans un duel qui nous dira un peu plus sur la forme de nos Dz. On se basera sur le résultat final sachant que les journalistes ne pourront pas voir les séquences ni les supporters. Belmadi a opté pour le top secret pour cette sortie. Un choix à respecter. Espérons juste qu’il trouver un plan difficile à contrarier lors du tournoi continental.