Abdelkader Gouri, président de la Chambre de commerce de la wilaya de Oued Souf, est depuis hier le nouveau patron de la Chambre algérienne de commerce et d’industrie (Caci). Il a, en effet, remporté l’élection pour la désignation d’un nouveau président, qui s’est déroulée hier au Palais des expositions des Pins-Maritimes (Safex/Alger), à la différence d’une voix contre son adversaire du jour et non moins président sortant, Mohammed Laïd Benamor.

Pour le détail, le dépouillement des 134 bulletins de vote (un président et deux vice-présidents par wilaya) a donné lieu aux résultats de 66 voix pour Gouri contre 65 pour Benamor, alors que 3 bulletins ont été déclarés nuls par l’huissier qui supervisait l’opération.
Notons que Laïd Benamour, après lecture des résultats, s’est empressé de les contester allant même jusqu’à demander à l’huissier de faire lui-même le décompte. Ce que lui a permis l’huissier. C’était peine perdue puisqu’il est arrivé au même résultat. Il y a lieu de savoir qu’avant de passer à l’opération de dépôt des bulletins dans l’urne, les deux candidats ont présenté succinctement leur programme d’action une fois élu. Fort de son expérience, il est à son second mandat à la tête de la Chambre de commerce de la wilaya de Oued Souf, Abdelkader Gouri a avancé qu’il compte organiser des rencontres annuelles entre les représentants de Chambre dans leur ensemble et les ministères du Commerce et de l’Industrie « parties prenantes dans la mission des Chambres de wilaya, mais qui, sur le terrain, sont quasi absents », déplore-t-il.
Autre chantier inscrit dans son programme d’action, « faire en sorte que le président de la Caci, ou l’un de ses vice-présidents, soit présent au siège de la Chambre nationale, lors de la visite des présidents de Chambre de wilaya, et non pas le contraire. Combien de fois des présidents, après s’être déplacés sur des centaines de kilomètres, n’ont pu rencontrer le président et encore moins son adjoint direct. Ce qui est tout à fait regrettable. Les présidents de wilaya interprètent cette absence de vis-à-vis comme du mépris envers leur statut de représentant d’industriels et de commerçants de régions», a lâché Gouri sous un tonnerre d’applaudissements. De son côté, le président sortant a, lors de son allocution, mis en exergue tout le travail accompli lors de sa mandature. Concernant les projets qu’il comptait mettre à exécution, un document a été remis à chacun des membres de l’assemblée, indiquant dans le détail une série de mesures et autres plans d’actions de 2019 à 2023. Notons que Benamor a tenu à démentir que la Caci a failli à certaines de ses missions, notamment celle d’aller à la rencontre des Chambres de commerce de wilaya : « Nous avons sillonné de long en large le pays, dans le but de nous enquérir sur place des problèmes que rencontrent les adhérents des Chambres et également écouter leurs doléances », a-t-il souligné. Et de finir par dire :
« Les résultats atteints témoignent des efforts que nous avons consentis pour faire de la Caci un véritable organe de soutien et d’accompagnement des entreprises et des acteurs dans le circuit du commerce dans ces différents segments. »
Soulignons qu’à l’issue de sa proclamation de nouveau président de la Caci, Abdelkader Gouri a tenu à féliciter les membres de l’assemblée qui l’ont élu, non sans dire : « Je m’engage à rester fidèle à la confiance que vous avez portée en moi et de tout mettre en œuvre pour que la Caci arrive à accomplir toutes ses missions ». Rappelons enfin qu’il a été procédé également, en début d’après-midi, à l’élection des trois vice-présidents, issus de trois régions différentes, comme le stipule le règlement interne de la Caci.