Les raisons du blocage du site électronique TSA, depuis mercredi, «sont encore méconnues», selon son directeur et co-fondateur Hamid Guemache, qui estime qu’il s’agit d’une «censure et de restriction des libertés d’expression».
Dans une déclaration à Reporters, il a indiqué que «TSA n’est bloqué qu’en Algérie », ce qui explique, selon lui, que « les autorités algériennes ne veulent pas que les Algériens s’informent d’un média libre et indépendant». Guemache a indiqué, s’agissant de la responsabilité du blocage, qu’Algérie Télécom a nié toute responsabilité. «Nous avons appelé Algérie Télécom qui a annoncé que le groupe n’a rien à voir avec ce problème. Notre objectif est toujours de fournir à nos lecteurs une information fiable et neutre, sans aucun parti pris, et de donner la parole à toutes les parties», explique-t-il. Rappelons que la direction du site a rendu public auparavant un communiqué dans lequel elle avise de « l’inaccessibilité » du site en Algérie tout en dénonçant un «acte de censure contre un média indépendant».
« Notre site est inaccessible en Algérie. Le blocage a été constaté ce mercredi 12 juin vers 17h30. Le blocage concerne les adresses IP du site qui le rendent inaccessible pour les lecteurs basés sur le territoire algérien », est-il écrit dans le communiqué. TSA dénonce un « acte de censure » et rappelle avoir déjà été « victime d’un blocage similaire en octobre 2017 ».n