L’incarcération d’Ahmed Ouyahia à la prison d’El Harrach fait l’effet d’une bombe au cœur d’une crise politique qui n’en finit pas d’étonner par ses multiples rebondissements.
La personnalité de l’ex-Premier ministre est telle que cette évolution suscite la surprise et la consternation. Cette chute impensable, il y a peu, s’ajoute aux multiples rebondissements devenus réguliers depuis la démission de Abdelaziz Bouteflika et le basculement du pays dans une phase nouvelle. Nouvelle mais pas nécessairement vertueuse. Chez certains observateurs, ces bouleversements du côté d’un système judiciaire, devenu soudainement diligent, suscitent également de l’inquiétude. Notamment dans un pays qui se cherche toujours politiquement et où, notamment les institutions sont fragilisées. Il faut dire que ce scénario commençait depuis des semaines à prendre forme. L’ancien ministre de la Justice était cité trop souvent dans les affaires en cours d’instruction pour qu’il puisse passer facilement entre les mailles d’une justice, qui semble résolue à aller loin. L’activité prompte de la justice concernant des personnalités qui ont eu à gérer de grandes responsabilités tout récemment semble tout simplement ahurissante. Qui aurait pu imaginer, il y a juste quelques mois, que des noms, dont la seule évocation exprimait l’appréhension, se retrouveraient aujourd’hui sous les verrous. Il est attendu que l’emprisonnement de Ouyahia, personnalité politique particulièrement impopulaire, et dont le nom incarne un rejet chez une partie de l’opinion qui lui reproche son ton « cassant et méprisant » considéré comme le langage de la vérité chez une autre, devrait faire son effet sur le Hirak. La grande question demeure lancinante : comment le mouvement populaire, qui exige un véritable changement de la gouvernance d’un pays en difficulté politique et économique, devrait-il prendre cette évolution ? Il n’est désormais plus étonnant de croire que d’autres personnalités de premier plan seront touchées dans les prochains jours. Il est plus qu’évident que le sort de l’ancien Premier ministre pourrait bien annoncer d’autres chutes.