Le groupe et le driver Djamel Belmadi s’en seraient bien passé de cette affaire pour pouvoir préparer la Coupe d’Afrique des nations 2019 (21 juin – 19 juillet) en Egypte dans la sérénité et la concentration optimale. Haris Belkebla, retenu pour la première fois avec l’équipe nationale « A » s’est illustré. En dehors des terrains malheureusement. Et ça lui a valu un renvoi de la sélection.
A vrai dire, l’incident en lui-même n’est pas à mettre dans le scandaleux mais il faut dire que le milieu de terrain du Stade Brestois a été maladroit. Un peu trop relâché. Il s’est trop lâché et ça a engendré son largage par le chef de la barre technique de l’équipe nationale juste après que la vidéo où il montré son postérieure a fait le tour de la toile. Belmadi n’avait d’autres choix que de le rayer de la liste des 23 et de le prier de plier bagages. Et ce, malgré les excuses du concerné qui n’ont pas suffi à le dissuader et le faire revenir à de meilleurs sentiments.
« Le rêve s’arrête ici »
On ne reviendra pas sur ce malheureux incident qui a brisé le rêve de Haris qui était surexcité à l’idée représenter l’Algérie lors de la CAN. Le joueur a, en tout cas, tenu à présenter ses excuses via un message posté sur Instagram (réseau social) : « A tout le peuple algérien, je tiens à vous présenter mes excuses. Bien évidemment, je ne pensais pas être en direct sur un réseau social. Cependant, mon geste reste déplacé et n’a pas lieu d’être dans un rassemblement de cette importance », a-t-il posté en précisant que : « malgré cela, je ne cherche en rien à me disculper car j’ai commis une erreur dont je paye le prix immédiatement par mon exclusion de la sélection nationale. Une sanction qui me brise le cœur mais qui est légitime de la part des instances algériennes de football. Je n’en veux évidemment à personne si ce n’est qu’à moi, surtout de vous avoir déçus et de vous avoir causé du tort.»
Aussi, le footballeur de 24 ans, via son mea culpa, a prié «simplement d’épargner ma famille qui m’a transmis des valeurs bien plus nobles que l’image que je donne aujourd’hui et certainement beaucoup plus proches de valeurs de notre pays.» Non sans exprimer son regret le plus profond de voir son rêve de disputer la messe africaine tourner au cauchemar : « A tous les supporters, à la fédération, au staff, aux joueurs, à ma famille ainsi qu’au sélectionneur Mr Belmadi, je vous réitère mes excuses et je vous demande pardon. A mes coéquipiers, le rêve s’arrête ici pour moi mais j’espère vibrer en vous regardant soulever la coupe. Vive l’Algérie. Tahia El Djazaïr», conclura Belkebla qui voit son aventure s’arrêter prématurément.
M. T.