C’est un grand malheur qui vient de toucher l’unité Promech Annaba, relevant de l’Encc (entreprise nationale de Charpente et de Chaudronnerie), le décès accidentel de l’un des leurs sur son lieu de travail.

D’après les témoignages, c’est dans la matinée de jeudi que le jeune Hamza Kouidri, trentenaire, soudeur de son état, rejoint son poste de travail, comme à l’accoutumée. Il ne prêtera pas attention au fût, vide, mais ayant contenu du diluant., qu’il a roulé lui-même jusqu’à son ouvrage pour prendre appui dessus. Et ce sont les étincelles, en actionnant son chalumeau, qui feront littéralement exploser les émanations (gaz) contenus dans le récipient. Il faut savoir que lesdiluants/solvants de peinture, sont des produits toxiques et hautement inflammable, qu’il s’agisse d’essence térébenthine, d’acétone ou d’hydrate de méthyle. Leurs émanations, à une certaine concentration, et en l’absence de ventilation, peuvent constituer un mélange détonant.Touché par les flammes et souffrant de brûlures profondes, Hamza rendra l’âme à son admission à l’hôpital. Dans les différentes unités de l’Encc, c’est le choc et la consternation.Cet accident pose encore une fois et avec acuité, la question du respect des normes et des protocoles de sécurité qui ne sont, malheureusement, pas toujours respectés. L’absence d’une démarche management de la santé et la sécurité au travail, notamment la norme ISO Ohsas18001,multiplie les risques d’accidents dont les premières victimes sont les travailleurs. Très souvent, il s’agit de blessures ou de handicaps, mais parfois, il y a mort d’homme.Ironie du sort, cet accident coïncide avec l’annonce, dans une autre unité de l’Encc, de deuxmois avec « zéro accident ». La mort absurde de Hamza vient ternir ce tableau…