Le directeur des œuvres universitaires et un magasinier de la résidence fille 08 mai 1945 ont été placés, en détention provisoire, par le magistrat instructeur, près le tribunal de Béchar, pour négligence et détention de produits alimentaires impropres à la consommation. Le même magistrat a placé le responsable du restaurant de la résidence sous contrôle judiciaire. L’affaire remonte au début du mois de mai, lorsqu’on découvrit au niveau de la résidence filles 08 mai 1945, gérée par le directeur des œuvres universitaires de cette wilaya, plus de 150 kg de viande avariée. Aussitôt alertés, les éléments de la brigade économique et financière de la sûreté de wilaya, en collaboration avec le procureur de la République ont entamé des investigations, qui leur ont permis d’arrêter les mis en cause.
Selon la cellule de communication et d’orientation de la sureté de wilaya, le directeur de l’Office national des
œuvres universitaires est en détention provisoire pour plusieurs chefs
d’accusation dont la «négligence manifeste menant à une perte de fonds publics». Parmi les autres griefs retenus contre le responsable de l’ONOU, «la détention de produits alimentaires pour consommation humaine sachant
qu’elle est toxique et impropre à la consommation».
Le responsable du magasin de la cité universitaire (filles) du 8 mai 1945 et le responsable des cuisines de la même résidence, impliqués eux aussi dans cette affaire, ont été pour le premier placé aussi en détention préventive
et pour le second mis sous contrôle judiciaire par le magistrat instructeur, a-t-on précisé. R. R.