Dans la matinée de lundi, une centaine de commerçants informels ont investi le boulevard Didouche-Mourad du centre-ville et observé un sit-in devant le siège de la wilaya pour contester contre leur expulsion du site qui leur a été réservé pour activer durant le mois de Ramadhan.
Les commerçants étaient autorisés par le wali de Sidi Bel Abbès à investir les artères de la Coupole, durant le mois de Ramadhan pour écouler leurs marchandises et il était convenu de quitter les lieux après l’Aïd El Fitr. Sauf que la campagne de chasse au commerce informel, menée par les services de la police, les a contraints à revendiquer un site où exercer leur activité dans la légalité. Ils diront qu’ils sont pères de famille et n’ont pas d’autres ressources pour vivre.
Tout le mois de Ramadhan ils avaient vendu des articles et vêtements de l’Aïd, des produits alimentaires, de la vaisselle et des jouets.
Un dispositif sécuritaire d’éléments de la police a été mis en place, afin de parer à tout dérapage des manifestants qui étaient décidés de ne pas se rétracter sur leur mouvement jusqu’à l’arrivée du wali.
Dans l’après-midi, le chef de l’exécutif a tenu une rencontre avec les représentants des commerçants avec lesquels il s’est mis d’accord pour leur réserver la poissonnerie et l’ancien siège du bureau de bienfaisances, situés au quartier Emir Abdelkader, où ils activeront de façon formelle et ordonnée et éviter le désordre au niveau de la Coupole et le désagrément des commerçants légaux. Le wali a orienté les commerçants vers le président de l’APC de Sidi Bel Abbès, pour qu’il recense le nombre de commerçants et leur accorde des actes d’exploitation, afin d’ériger leur stand et s’installer de façon définitive.N. B.