Cinquante souscripteurs de logements participatifs situés à Redjas, le chef-lieu de la commune et de la daïra de Oued Endja, attendent désespérément, depuis 2006, les clés de leurs appartements, des F3 et des F4. Un rêve qui semble, a priori, selon certains d’entre eux, inaccessible car les travaux sont à l’arrêt et ne sont pas près de reprendre. Les souscripteurs ont frappé à toutes les portes mais rien ni personne n’est venu les réconforter et sont condamnés à l’attente. Le promoteur, seul, peut les faire rêver mais ce dernier semble loin de faire le moindre effort. Est-ce par manque de moyens matériels et financiers ou pour d’autres raisons ? L’Etat ne peut en aucun cas intervenir entre les deux parties car le contrat et le cahier des charges qui lient les deux parties ont été établis en l’absence de l’Etat, c’est-à-dire entre particuliers, d’où l’incapacité des pouvoirs publics de prendre des décisions en faveur de l’une des deux parties. Les souscripteurs auraient versé plus de 100 millions de centimes au promoteur, aide de l’Etat comprise. Le promoteur aurait demandé des rallonges aux souscripteurs pour poursuivre les travaux mais certains ont refusé d’où le statu quo. Les souscripteurs habiteront-ils un jour ces logements ? En attendant, tels des bohémiens, ils louent des appartements à des prix souvent très forts et ne cessent de changer de quartiers et parfois de localités d’année en année.
Même cas de figure à Ferdjioua
Les souscripteurs des 242 logements Immo-Cnep de Ferdjioua attendent, depuis 2014, date d’achèvement des travaux de ces logements, la remise des clés de leurs appartements dont les travaux ont été, pour rappel entamés en 2006. Les souscripteurs ne cessent depuis 16 ans de réclamer la distribution de leurs logements. Leur appel n’a encore pas reçu d’écho de la part de la Cnep régionale de Constantine qui invoque, pour expliquer le retard, le non achèvement des aménagements extérieurs. Une excuse que les souscripteurs récusent catégoriquement. Il suffit de si peu pour que tout soit achevé dans de très brefs délais. Le wali, lors d’une de ses visites à Ferdjioua, en réponse aux sollicitations des souscripteurs, avait promis d’intercéder auprès d’Assure-Immo et Immo-Cnep et de tout mettre en œuvre pour que les travaux d’aménagement extérieurs soient achevés dans les plus brefs délais et que les clés de ces logements soient remises aux bénéficiaires avant le début de l’année 2019. Six mois de l’année 2019 se sont déjà écoulés mais rien n’est venu rendre le sourire aux souscripteurs, l’attente perdure toujours. Pourquoi l’entreprise Assure-Immo-Cnep, chargée des travaux des VRD, n’a pas encore démarré les travaux ? Faute de moyens financiers ? Toutes les promesses sont restées vaines, les souscripteurs rêvent toujours. Leur rêve deviendra-t-il un jour réalité ? La réponse à cette question appartient à l’entreprise. n