Saïd Bouteflika et les ex-généraux majors Athmane Tartag et Mohamed Médiène, dit Toufik, seront présentés le 17 du mois en cours devant le juge d’instruction près le Tribunal militaire de la 1re Région militaire à Blida.

La présentation de ces trois accusés permettra, selon des sources, au juge de conclure l’instruction de leurs dossiers et programmer probablement leur procès dans les jours à venir. Les trois prévenus sont poursuivis, pour rappel, d’atteintes à l’autorité de l’Armée et de complot contre l’Etat. A rappeler aussi que leurs avocats ont demandé une mise en liberté provisoire, mais elle a été rejetée par la justice militaire. Ils ont été mis sous mandat de dépôt par le Procureur militaire le 5 mai écoulé et détenus à la prison de Blida. Les trois responsables, Saïd Bouteflika comme conseiller spécial de son frère président, Athmane Tartag, coordinateur des services secrets rattachés à la présidence, et Mohamed Médiène, dit Toufik, comme ancien chef du DRS, qui avaient tenu le 30 mars dernier une réunion avec plusieurs personnalités politiques, dont des étrangers, a fait réagir le commandement militaire qui a, à plusieurs fois, mis en garde contre les agissements « de cette bande ». Il aura suffi que l’ancien président Liamine Zeroual rende public le contenu de l’invitation qui lui a été faite pour que le chef d’état-major décide de poursuivre les inculpés pour complot. Louisa Hanoune est également détenue, depuis le 9 mai écoulé, dans la foulée des arrestations opérées parmi les présents à la réunion du 30 mars. L’ancien général Khaled Nezzar a, lui aussi, révélé la teneur des discussions qu’il a eues avec Saïd Bouteflika. Le général Nezzar a révélé que le frère cadet du président Bouteflika préparait « des coups tordus » contre le commandement militaire et contre le mouvement de rue. Louisa Hanoune n’a pas été citée pour passer devant le juge d’instruction de la même juridiction militaire. Selon les militants de son parti, le PT, son état de santé ne cesse de se détériorer. Un élan de solidarité avec la secrétaire générale du PT s’organise depuis pour obtenir sa libération.<