Le Goethe Institut, bureau de liaison de Ouagadougou, lance un appel à participation à une résidence d’écriture pour les jeunes auteurs de tout le continent africain (moins de quarante ans). Cet appel est ouvert à tous les genres littéraires : la nouvelle, le conte, le récit, la poésie, le théâtre, l’essai, la bande-dessinée. Les organisateurs soulignent dans leur appel que le programme de résidence vise à donner une plateforme d’«expression libre aux auteurs qui projettent la vision d’un (autre) futur dans les écrits, aux auteurs qui ont des restrictions d’expression dans leurs pays d’origine, aux auteurs activistes qui s’expriment sur les transformations et défis sociaux et/ou politiques dans leurs pays». A propos du déroulement de cette résidence, il est précisé qu’il s’agit de deux ou trois résidences de quatre semaines à Ouagadougou en 2019/20. Concernant les conditions de participation pour les candidats intéressés, il est exigé d’être âgé de moins de quarante ans, d’avoir à son actif au moins un texte publié, soit avec une maison d’édition ou un journal, soit sur un blog, un site web ou comme auto-publication, d’être d’une nationalité africaine d’origine ou par naturalisation, d’avoir un projet d’écriture et être disponible à partir de novembre 2019. Les candidats qui veulent participer à cette résidence d’écritures doivent envoye leurs candidature avant le dimanche 7 juillet 2019 à Carolin Christgau et François d’Assise Ouédraogo, respectivement directrice et assistant au Goethe Institut, à l’adresse Carolin Christgau carolin.christgau@goethe.de , François d’Assise Ouédraogo : programm-ouagadougou@goethe.de
Le processus de sélection des auteurs en résidence sera conduit par un jury externe de trois auteurs professionnels. Il est à noter que trois auteurs seront sélectionnés par résidence (un du Burkina Fasso, deux d’autres pays africains). Le Goethe Institut de Ouagadougou, assure la prise en charge des frais de transport (du domicile au Burkina Fasso) et de visa, la prise en charge de l’hébergement pendant 4 semaines, une bourse de 1 500 € par résident pour la période de résidence (inclus perdiem et transport privé) versé en deux tranches sur place. Lors de ces résidences, des rencontres professionnelles seront organisées avec des auteurs burkinabè et/ou africains, ainsi que des soirées de lecture publique. La production d’un texte par résident est obligatoire et sera suivie par la publication numérique ou physique en 2020. R. C.