Vous voulez créer une vive tension entre deux pays ? Vous voulez ternir l’image d’un continent ? Rien de plus facile, il suffit de détériorer un système de caméras, et le tour est joué. C’est ce qui s’est passé hier soir à Radès, en Tunisie, lors de la finale (retour) de la ligue des champions africaine qui a opposé les locaux, l’Espérance Sportive de Tunis, et le Widad de Casablanca.  La rencontre la plus importante de la compétition la plus prestigieuse du continent n’a pas pu aller à son terme (elle fut interrompue à la 61’) parce que l’assistance vidéo à l’arbitrage ou le VAR (acronyme anglais de vidéo assistant referees)  ne fonctionnait pas. En refusant un but aux marocains (le score était de un but à zéro, et au match aller les deux équipes s’étaient quittées sur un score de parité : 1-1) pour un hors-jeu plus que douteux, l’arbitre s’était retrouvé harcelé par les joueurs du WAC. Ces derniers demandaient, et exigeaient le recours au VAR. Mais finalement ça ne marchait pas.  

L’occasion de rappeler quelques notions de la procédure de recours au VAR., définie (institué par l’International Football Association Board). L’arbitre ne peut y  faire appel que dans 4 situations : un but, une décision relative à un pénalty, un incident entraînant une exclusion ou une erreur sur l’identité d’un joueur. Mais sur le terrain, la réalité est loin d’être aussi « carrée ». Depuis le début de son application (il y a environ 5 ans), le VAR a certes réglé quelques problèmes, mais en a créé bien d’autres, bien nouveau dans le paysage footballistique.

Avec ce qui vient de se passer en Tunisie, et dont les conséquences devront être énormes, ne faut-il pas, au moins pour une période, limiter les « prérogatives » du recours à cette assistance vidéo. Un exemple ! Juste se contenter du VAR pour les franchissements de ligne des bois. C’est une proposition loin d’être « indécente ».

En attendant, dans 20 jours, l’Egypte accueillera la CAN 2019. Le VAR est programmé à partir des quarts de finale. L’été, au Caire, sera très chaud cette année.  

@SalimKoudil 

19h19 (19): Yémen, le pays martyr