L’Alliance nationale républicaine (ANR) a annoncé, samedi, sa décision de suspendre sa participation à la présidentielle, prévue le 4 juillet, et ce jusqu’à la réunion des conditions nécessaires à la réussite de cette échéance électorale. La décision de suspendre sa participation et de la reporter à « une date ultérieure » est dictée par des considérations « populaire, constitutionnelle, juridique et politique« , a indiqué le parti dans un communiqué à l’issue de la réunion de son bureau politique, estimant que « le rejet par de larges franges du peuple algérien du cadre dans lequel se déroulera l’échéance du 4 juillet, le manque de mécanismes constitutionnels et juridiques pour encadrer l’élection (Haute instance chargée de la supervision et de la surveillance des élections et la révision du code électoral) et l’absence d’un consensus politique chez la majorité des acteurs de la scène nationale sont susceptibles de faire de ce rendez-vous une autre occasion ratée pour trouver la solution et une cause supplémentaire d’aggravation de la situation« . Faisant parti des trois partis politiques ayant retiré le dossier de candidature auprès du ministère de l’Intérieur, le parti a dit avoir rempli toutes les conditions légales de candidature, à travers la collecte de « 731 formulaires de signatures individuelles d’élus répartis sur 33 wilayas ».

Plus de détails dans nos prochaines éditions