Au quatrième jour de sa visite dans la 4e Région militaire, le général de corps d’armée Ahmed Gaïd Salah, chef d’état-major de l’ANP et vice-ministre de la Défense nationale, est revenu, sur une note de « satisfaction » sur les affaires de corruption que traite actuellement la justice dans un emballement jamais connu. Il a affirmé, sur un autre registre, qu’il n’a pas d’ambitions politiques. Une déclaration qui intervient alors que l’institution militaire est au cœur de l’enjeu politique. A propos de la justice, le chef de corps d’Armée a estimé que celle-ci s’est libérée de toutes les contraintes qui pesaient sur elle. «Parmi ces facteurs, que nous sommes certains qu’ils offrent tous les signes de satisfaction chez les citoyens, la libération de la justice de toutes formes de contraintes, de diktats et de pression, ce qui lui a permis d’exercer ses missions en toute liberté, de couvrir la plaie et d’assainir le pays de la corruption et des prédateurs », a-t-il noté. Gaïd Salah n’est pas allé de main morte pour critiquer ceux qui ne seraient pas favorables à ce que la justice se penche sur des dossiers de corruption. Le chef d’état-major s’est attaqué à ce qu’il qualifie de « porte-voix et d’apôtres de la bande », qui tentent de saborder cette « noble démarche par la désinformation de l’opinion publique nationale et prétendre que le jugement des corrupteurs ne constitue pas une priorité, mais qu’il y a lieu de le surseoir jusqu’à l’élection d’un nouveau président de la République qui se chargera de juger ces prédateurs ». Pour lui, « l’objectif réel derrière cela est d’essayer par tous les moyens d’entraver cette démarche nationale majeure, afin de permettre aux têtes de la bande et à leurs acolytes de se soustraire et d’échapper à l’emprise de la justice ». Sur sa lancée, il a déclaré que « la bande » a essayé d’imposer sa présence et ses desseins, relevant qu’en face, les « efforts de l’ANP et de son commandement novembriste, étaient aux aguets et ont mis en échec ces complots et conspirations, grâce à la sagesse, la clairvoyance et la perception profonde du déroulement des évènements et l’anticipation de leur évolution». Sur le mouvement populaire, Gaïd Salah a évoqué la disponibilité de l’ANP à accompagner le peuple algérien « de manière rationnelle, sincère et franche, dans ses marches pacifiques et matures, ainsi que les efforts des institutions de l’Etat et de l’appareil de justice». Sur les ambitions politiques qu’on lui attribuerait, dans cette conjoncture de crise politique aiguë, le général de corps d’Armée a nié toute intention dans ce sens. « Que tout le monde sache que nous nous sommes engagés à maintes reprises et en toute clarté que nous n’avons aucune ambition politique mis à part servir notre pays conformément à nos missions constitutionnelles et le voir prospère et en sécurité. Telle est notre ultime finalité», a-t-il assuré. «Nous avons affirmé à maintes reprises que la responsabilité est un poids que ceux qui le portent doivent l’assumer devant Allah, devant leur patrie et eux-mêmes, tout au long de la période de L’accomplissement de leurs missions, conformément aux prérogatives qui leur sont assignées par la loi et ce, en toute intégrité, fidélité et loyauté envers le serment », a-t-il ajouté.<