A l’occasion de la célébration de la Journée nationale de l’étudiant, qui coïncide avec le 19 mai de chaque année, la faculté des sciences de la nature et de la vie, relevant de l’université Ferhat-Abbas (Sétif 1), a abrité, avant-hier, une journée d’étude et d’information sur la thématique « Développement de la production des blés dans les régions semi-arides ».

Plusieurs professionnels et experts nationaux, des chercheurs mais aussi des agriculteurs ont pris part à cet atelier. Selon Mme Cheniti Khalissa, chef de département des sciences agronomiques à l’université de Sétif, cet atelier se veut un événement d’informations et d’échanges sur la création d’une équipe mixte dans le cadre d’une coopération entre le secteur économique et l’université. Cette manifestation a regroupé les professionnels céréaliers et des chercheurs des universités de Sétif 1 et Batna 1. « La tenue de cet atelier est motivée par le souci de mettre en avant l’originalité de l’approche, où pour une première fois, chercheurs universitaires, producteurs-acteurs économiques nationaux sont réunis pour réfléchir et débattre de la production céréalière », a-t-elle précisé. Dans son mot d’ouverture, le recteur de l’université Ferhat-Abbas, le professeur Abdelmadjid Djenane, a tenu à souligner que les étudiants, pendant la guerre de libération, ont combattu pour obtenir l’indépendance du pays, maintenant c’est la sécurité alimentaire que nous devons réaliser. Parlant en tant que spécialiste en économie, ce dernier a ajouté que la sécurité alimentaire ne sera réalisée qu’avec l’amélioration de la production céréalière. Par ailleurs, M. Keraghel Abdelkrim, président du réseau «RéQuablé» (le réseau d’amélioration de la qualité du blé dur et l’amélioration de rendement), a donné un aperçu sur ce réseau qui compte actuellement plus d’une centaine d’agriculteurs de la région de Sétif. Ce dernier a ajouté que ce réseau est présent dans vingt communes de la wilaya de Sétif. Dans le même sillage, le président-directeur général du centre de développement et d’analyse en agro-industrie à Constantine a révélé que les résultats d’analyses relatives aux échantillons de blé dur sont satisfaisants. En matière de taux mitadinage, M. Rebgui Djamel ajoute que toutes les variétés de blé, à savoir Vitron, Waha, Bouselam, Gtadur et Cucchio, ont enregistré des taux très faibles et inférieurs à 4%, ceci se traduit par une incidence positive sur la valeur semoulière en rendement et qualité de point de vue vitrosité. Aussi, les échantillons de blé dur prélevés par le réseau «RéQuablé» pour l’année 2015 ont affiché des teneurs appréciables en protéines. Egalement, plusieurs communications ont été présentées par des chercheurs de l’université de Sétif 1 et celle de Batna 1. Parmi ces communications, on cite celle intitulée « Référentiel de fertilisation minérale des blés dans les régions semi-arides » présentée par Mme Boulelouah de l’université de Batna. A souligner que cette dernière a accompagné depuis des années les agriculteurs de ce réseau. Par ailleurs, Mme Cheniti-Abed a présenté, quant à elle, une communication intitulée « Diminution des pertes à la récolte ». n