Les 36 clubs professionnels de la Ligue allemande de football (DFL) s’opposent «unanimement» aux projets de réforme de la C1, a indiqué hier la DFL après son assemblée générale à Offenbach.
Les clubs professionnels allemands s’opposent «unanimement» aux projets de réforme de la Ligue des champions a fait savoir la Ligue allemande de football (DFL) hier. «Le concept de l’association européenne des clubs ECA actuellement en discussion aurait des conséquences inacceptables pour les ligues nationales en Europe et ne doit pas être appliqué sous cette forme», indique la DFL dans un communiqué.
« Nous ne devons pas tolérer que des ligues nationales soient mises en danger.»
« Proposé par l’ECA mais endossé par l’UEFA, le projet prévoit notamment une phase de poules de la Ligue des champions comprenant quatre groupes de huit équipes.
Cela impliquerait quatorze matches au premier tour pour chaque club, contre six actuellement.
Par ailleurs, le projet envisage un système de ligue semi-fermée, avec
24 équipes sur 32 automatiquement reconduites d’une saison sur l’autre. La DFL s’inquiète surtout de la difficulté d’accès à la Ligue des champions pour les clubs plus modestes. «Nous ne devons pas tolérer que des ligues nationales riches de leur tradition, qui intéressent des millions de gens sur tout le continent, soient mises en danger», a déclaré le président de la DFL Christian Seifert à la fin de l’assemblée générale, regroupant les 18 clubs de l’élite et les 18 de deuxième division.
Le Bayern Munich et le Borussia Dortmund en première ligne
«Nous sommes convaincus», ajoute la DFL, «que le président de l’UEFA Aleksander Ceferin reconnaît la valeur centrale des ligues nationales dans le football professionnel européen, et qu’il conduira le processus en cours avec clairvoyance». Les dirigeants du Bayern Munich et du Borussia Dortmund, les deux plus grands clubs allemands, s’étaient déjà déclarés défavorables à la réforme, tout en laissant entendre qu’ils n’avaient pas les moyens de s’y opposer. Un temps évoqué, l’idée de disputer des matches le week-end -la C1 s’est toujours déroulée en semaine, mise à part la finale- a pour sa part été mise de côté face aux très vives inquiétudes des Ligues professionnelles.