Quand on arrive à qualifier des athlètes à un championnat du monde, on aspire à arracher un titre mondial ou, à défaut, être sur le podium ou encore, au minimum, améliorer ses dernières performances. Mais à la Fédération algérienne de taekwondo (ATF), on saisit l’occasion de disputer un championnat du monde pour préparer de prochaines échéances de moindre importance! Une vraie aberration !

L’Algérie sera représentée aux Championnats du monde seniors de taekwondo, prévus du 14 au 19 mai à Manchester (Angleterre) avec 4 athlètes, mais de moins 20 ans. Au total, 975 athlètes de 150 pays sont annoncés aux Mondiaux de Manchester. Ils concourront dans 16 catégories de poids (8 chez les messieurs et 8 chez les dames). Et il se trouve que le secrétaire général de la Fédération algérienne de la discipline, Samir Maîana, a déclaré à l’APS que « l’Algérie sera représentée aux Mondiaux de Manchester par la sélection des moins de 20 ans afin de préparer les prochaines échéances dont les Jeux africains au Maroc, les Jeux olympiques 2020 de Tokyo et les Jeux méditerranéens 2021 d’Oran ». Il est à se demander pourquoi ce n’est pas les séniors qui participent à cette compétition dans la mesure où les juniors ont leur propre championnat du monde ? Il faut donc bien respecter les cursus. C’est bien d’encourager les jeunes pour préparer la relève, mais pas dans un championnat du monde.

Les retombées de la crise de 2017
Il est vrai que la Fédération algérienne de la discipline a connu une véritable crise en 2017, où l’Algérie a raté plusieurs compétitions d’envergure à cause du retrait de confiance au président Abdelhak Taïbi. Toutefois, tout est rentré dans l’ordre depuis le mois de mars de l’année dernière avec l’élection du président Yazid Ben Allaoua pour le reste du mandat olympique (2017-2020). En 2017 les différentes équipes nationales de cette discipline olympique ont raté trois championnats du monde : il s’agit du championnat du monde quatta (pomsea) le championnat du monde qui a eu lieu au Pérou, puis le championnat du monde juniors abrité par le Canada et enfin les Jeux islamique et le championnat du monde seniors qui a eu lieu à Muju en Corée. En tous les cas, cette situation ne nécessite pas qu’on laisse les athlètes séniors et leur expérience de côté pour faire participer des moins de 20 à un championnat du monde pour se « préparer » ! Les athlètes algériens sélectionnés pour ce rendez-vous mondial de Manchester sont Snina Midouni (-57 kg) et Wafa Remaoun (-62 kg) chez les dames, sous la conduite de l’entraîneur Al-Hamdi Kirat, ainsi que Mohcen Boukercha (+87 kg) et Mohamed Guerni (-58 kg) en messieurs, entraînés par Zeghdoud Merj. D’ailleurs, le SG de la fédération algérienne, Samir Maîana, qui est pourtant un ancien directeur des équipes nationales (DEN), a bien insisté en indiquant que « l’objectif recherché à travers cette participation au mondial est de se frotter au haut niveau », soulignant que cette jeune sélection a effectué plusieurs stages de préparation organisés à la salle de Baba Ahcene (Alger).

L’histoire des visas
Or, le plus grave est que pour le moment, les athlètes ne sont pas sûrs de participer à ce Mondial puisqu’aux dernières nouvelles, ils n’ont pas encore obtenu leurs visas d’entrée en Angleterre. C’est à se demander quel est le problème qui a retardé l’obtention des visas dans la mesure où les dossiers ont été remis dans les délais ? C’est vraiment dommage de constater que ce problème des visas est devenu récurent dans notre pays puisqu’il passe d’une fédération à une autre : après la fédération d’athlétisme, il est passé à celle du judo et aujourd’hui avec le taekwondo…