Les études ont repris partiellement dimanche au centre universitaire Abdelhafidh-Boussouf de Mila après une grève des enseignants entamée le 18 février dernier, a indiqué lundi le chargé de la communication de ce centre de l’enseignement supérieur, Mahmoud Boulasabaa. Le taux de reprise des études par les étudiants est estimé à 60%, a-t-il précisé à l’APS, soulignant que de nombreux enseignants ont décidé de mettre un terme à leur mouvement de débrayage qui fait suite à « une altercation entre le vice-président du centre universitaire et un enseignant, pour éviter toute forme de dépassements ». Le taux de reprise des études sera revu à la hausse « avant la fin de la semaine », d’autant plus, a-t-il expliqué, que « les étudiants craignent une année blanche ». M. Boulasbaa a également souligné qu’avec la reprise des études, les étudiants « ne devront pas craindre une année blanche », ajoutant que « le minimum requis par le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique pour une année universitaire est d’effectuer 10 semaines d’enseignement par semestre ». Le centre universitaire de Mila a enregistré plusieurs mouvements de grève et de protestations menés par des professeurs et des employés qui ont boycotté le travail depuis le 18 février dernier pour, ont-ils soutenu, « la non-prise en charge par l’administration de leurs doléances relatives à la régularisation des arriérés de paiement, les logements de fonction, ainsi que d’autres demandes professionnelles ».n