Encore faut-il que la raison invoquée soit vraie, fondée et du moins rationnellement explicitée. Ce qui, pour le citoyen lambda ne semble pas être le cas, du moins pas à ce jour et ce faute d’une communication claire, simple et basée sur des raisons objectives. Sinon, à quoi sert ce bel et imposant immeuble au beau milieu de la ville ? Est-ce un motif de décoration ou une simple signature passive d’une organisation humanitaire dont la raison même d’être est de se dévouer et d’être au secours de notre prochain. Les années passent et, malheureusement, se ressemblent pour la structure locale du département de Mme Saïda Benhabylès, alors que la misère, la pauvreté et le nombre sans cesse croissant de nécessiteux et de mendiants ne cesse de prendre de l’ampleur. Elle reste, sourde, de marbre, et complètement insensible à cette détresse humaine et cette insupportable image que celle de ces centaines de personnes de tous âges, femmes, hommes, enfants Algériens dont une majorité de Touareg en piteux état, Subsahariens et même quelques Syriens, dont une jeune femme avec une fillette agrippée à ses guêtres, agglutinés devant les larges portes en fer forgé du restaurant du Croissant-Rouge algérien de Ghardaïa, espérant jusqu’à la dernière seconde avant l’appel du mueddin, de pouvoir se faire offrir de quoi rompre le jeûne. La misère et le désespoir, au propre comme au figuré, étalés au grand jour et ce à quelques mètres du siège de la wilaya de Ghardaïa, de la direction de l’action sociale et de la daïra de Ghardaïa. Qu’on ne dise pas qu’on n’a rien vu, rien entendu, c’est absolument scandaleux d’abandonner des êtres humains à leur triste sort, a fortiori en plein mois de carême après 16 heures de jeûne et par une température frôlant les 30° Celsius. Et dire qu’on l’appelle le mois de la piété, du partage et de la solidarité. C’est à la limite de la non-assistance à personnes en danger, danger de mourir de faim Et dire que l’on a annoncé à cors et à cris sur les ondes de la radio locale et dans la presse écrite que la wilaya de Ghardaïa, dans le cadre de la solidarité et du couffin du Ramadhan et des restos Rahma, avait consacré pour le mois de Ramadhan 2019 un budget conséquent de pas moins de 12,400 milliards de centimes et que dans le cadre de ses actions de solidarité durant ce mois. Il était prévu aussi l’ouverture, avec le concours du Croissant-Rouge algérien de 3 restaurants à travers certaines communes de la wilaya, Berriane, Zelfana et Guerrara, au profit des passagers et des nécessiteux sur les grands axes routiers de la wilaya. Seuls les deux derniers situés respectivement à 75 km au sud et 110 km au nord-est de Ghardaïa ont ouvert leurs portes. Heureusement que des Algériens au grand cœur ont spontanément offert leur argent, leurs bras, leur temps et ouverts 13 autres restaurants à travers la wilaya de Ghardaïa. Il faut rappeler que par le passé, d’ailleurs tout encore récent, ce restaurant du Croissant-Rouge algérien constituait une véritable bouée de sauvetage pour les démunis et les gens de passage, le seul ouvert durant le mois de piété et de dévotion sur tout le territoire de la wilaya. O. Y.