Le programme artistique de l’Opéra d’Alger pour le mois de Ramadhan 2019 sera lancé aujourd’hui, conviant le public à une quinzaine de concerts et de représentations, avec une sélection volontairement très variée de styles et genres musicaux. Le directeur de l’institution, Noureddine Saoûdi, indiquera à ce propos que «l’éclectisme et la variété, au sens d’une variété de styles et des genres artistiques, sont le maître-mot de la programmation de cette année». Tout en rappelant que l’opéra d’Alger a  déjà ouvert ses portes vendredi dernier pour la cérémonie d’ouverture du Festival européen en Algérie, le programme élaboré par les responsables de l’Opéra débute aujourd’hui mardi 14 mai, à 22H30 avec un concert de musique traditionnelle donné par la troupe El Ferda. Une affiche suivie le 17 mai par une représentation du Ballet national qui proposera un spectacle de «danses traditionnelles». Le programme de l’opéra accordant, par ailleurs – et comme chaque année – une large place aux styles chaâbi et andalou, avec notamment le récital, le 19 mai, animé par Nacer Mokdad et Noureddine Allane, ou encore le 21 mai, l’orchestre andalou d’Alger et des artistes Mahmoud Hadj Ali et Toufik Aoun. Le directeur de l’Opéra d’Alger explique à ce sujet que les deux styles musicaux, en l’occurrence le chaâbi et l’andalou, restent des «genres incontournables et des segments incontournables des programmations des mois de Ramadan». Le responsable, lui-même artiste, ajoutant néanmoins que «mon objectif reste que les compositions que propose l’Opéra soit d’un autre niveau que ce que l’on peut écouter ailleurs, c’est un saut qualitatif qui se confirmera avec le temps». L’affiche ramadhanesque de l’Opéra d’Alger propose également le style rai électrique avec le mythique groupe « Raïna Rai» pour la soirée du 24 mai prochain, de la musique spirituelle  moderne avec la troupe « Mother », le 28 mai, ou encore le «chaâbi moderne» avec un concert de Kamel El Harrachi, le 31 mai. Cette variété de styles, explique le directeur de l’opéra, est permise par la nature même des programmations du mois du Ramadhan. En ajoutant que «les programmes de ce mois  sont toujours l’occasion de mettre en avant des styles que l’on a peut-être pas l’occasion d’entendre». La mission première de l’opéra restant néanmoins d’actualité avec le concert de musique symphonique, animé par l’Orchestre Symphonique de l’Opéra d’Alger sous la baguette du chef d’orchestre Amine Kouider, le 25 mai prochain. Il est noté que les différents spectacles sont proposés au public à des tarifs allant de 600 à 800 dinars par personne, L’Opéra d’Alger proposera, par ailleurs, deux autres représentations «hors de ses murs» à Tlemcen et Guelma. Mettant respectivement en avant l’ensemble régional de l’Opéra de Tlemcen pour la première, et l’artiste Cheikh Dib El Ayachi accompagné de l’ensemble régional de Constantine pour la seconde. Dans un autre registre, le directeur de l’Opéra nous a aussi annoncé que le projet de billetterie électronique était arrivé à son terme, du moins au niveau de l’Opéra. Sa mise en place effective est, aujourd’hui, tributaire du lancement du système de payement en ligne. Noureddine Saoudi affirme à ce sujet qu’«à notre niveau tout a été fait, les contrats avec les institutions bancaires sont finalisés (…) En fait, la situation est aujourd’hui indépendante de l’opéra, les mécanismes de payement en ligne n’existent pas et ne sont pas encore mis en place. Mais le projet est toujours en cours et j’espère que l’Opéra d’Alger sera le premier établissement à pouvoir proposer ce type de payement».n