Le Festival national de la musique et de la chanson citadine de Annaba revient pour sa quatorzième édition, qui aura lieu du 15 au 21 mai 2019 à Annaba, avec un hommage particulier à deux figures emblématiques de la chanson citadine, Ali Mabrouk et Mohamed Bouhara. En outre, un programme, issu du répertoire artistique local et animé par plus de 80 artistes et 50 chanteurs annabis, viendra enrichir les soirées ramadhanesques de la Coquette.
A l’occasion de l’organisation de cette 14e édition, Idriss Boudiba, directeur de la culture de la wilaya de Annaba, affirme que ses services veillent, à travers la poursuite de l’organisation de ce festival, «à encourager les jeunes talents et mettre en exergue les capacités des artistes de la wilaya de Annaba et ce, en accordant la priorité à la participation des artistes et chanteurs locaux ». Pour M. Boudiba, ce festival aspire aussi à maintenir la liaison et créer des liens forts entre la nouvelle et l’ancienne génération d’artistes et de chanteurs, tout en mettant en avant les styles musicaux classiques, notamment le malouf et le chaâbi. De plus, il mettra en exergue le fait que le festival aspire à répondre à la demande du public annabi, friand de prestation musicale de qualité, tout en veillant à préserver cet héritage culturel traditionnel important.
Le directeur de la culture de la wilaya de Annaba a, par ailleurs, rappelé que depuis sa création, le festival a travaillé à la création d’un orchestre composé de musiciens locaux, afin de leur donner la possibilité de développer leurs capacités en acquérant plus d’expérience et ce en accompagnant de grands chanteurs et des artistes à la renommée nationale et internationale. C’est dans cet esprit de communion entre les différentes générations d’artistes et la valorisation d’un patrimoine musical ancestrale que l’ouverture du festival sera donnée, le mercredi 15 mai, au Théâtre régional Azzedine-Medjoubi en présence des membres de l’Ecole communale de musique, qui seront accompagnés des artistes Hacen Abdelli, Amamra Mahieddine, Boutarfa Mohamed Krim, Benouhaiba Yazid, Réda Arfaoui et Morad Abid. L’orchestre de la wilaya pour la culture et le tourisme sera, quant à lui, au diapason des chanteurs et musiciens, Hamdi Nadjib, Hassen Daoud, Guerfi Ammar, Mustapha Kahli, Abdelwaheb Benmaïch et Moussa Boussaha, pour l’animation de la deuxième soirée, prévue le jeudi 16 mai. Le lendemain, vendredi 17 mai, ce sera à l’équipe de l’atelier de musique andalouse du Palais de la culture Mohamed-Boudiaf d’assurer, en compagnie des artistes Baba Aïssa Abdelaziz, Djemili Abdelkader, Msaïd Abdelhak, Remita Mourad, Abdelkader Bey, Fateh Touati et Younsi Abderrahmane d’animer la soirée. Les chanteurs Brahim Bey, Mohsen Belgharsa, Achouri Mohamed, Mechakra Mohamed Faouzi, Ayari Mohamed et Kraïnia Ahmed se chargeront d’éblouir le public annabi à travers leurs prestations prévues le samedi 18 mai. La scène du théâtre d’Annaba accueillera également le dimanche 19 mai, les chanteurs Makhous Nabil, Abbas Righi, Salim Chaffi, Guettach Ammar, Ali Slimani, Toufik Khalil et Belhani Mahdi. Pour sa part, l’association Rawnak El Annabi accompagnera Kesra Lakhder, Mohamed Salah Farou, Litim Mohamed Salah, Atallah Noureddine, Mourad Rachef, Ali Bennani et Samir Hannachi pour l’animation de la sixième et avant-dernière soirée.
La quatorzième édition du Festival national de la musique et de la chanson citadine sera clôturée lors de la soirée du 21 mai, avec des prestations exceptionnelles de Karim Khader, Farid Nouri, Djamel Moualki, Bouguettaya Abdesselam, Guettaf Badreddine et Djamel Benmerrah, qui seront accompagnés par l’orchestre composé des talentueux musiciens Refes Yacine, Laouabdia Salah, Hitt Soufiane, Zitouni Reda, Atil Bourhene, Oualia Salim, Khelfaoui Karim, Tarcha Farouk et Moncef Bellili.
Dans le cadre de ce même festival, un riche programme de proximité, a été mis en place afin que les habitants d’autres communes puissent en profiter. Toutefois, il est à préciser que le festival souffre du manque de moyens financiers et n’a reçu aucune subvention depuis quatre années et autant d’éditions. C’est d’ailleurs l’une des raisons pour lesquelles les organisateurs ont préféré que cette édition soit 100% annabie. Le responsable de la culture de la wilaya de Annaba nous annonce également, qu’en plus du festival de la musique et de la chanson citadine, la perle de l’Est connaîtra durant le mois de Ramadhan, d’autres activités culturelles à l’image de l’hommage au défunt Cheikh Hassen Annabi, prévu les 22 et 23 mai prochain. F. D.