Dans un communiqué adressé à notre rédaction, le syndicat du complexe sidérurgique d’El-Hadjar (dans la wilaya d’Annaba) a tenu à dénoncer les pratiques et le «tekhlat» (grenouillage) de certaines parties qui complotent pour saboter le géant de l’acier, qui connaît depuis quelques années une situation économique très fragile et qui arrive à éviter de mettre la clé sous le paillasson uniquement grâce aux nombreuses aides et subventions de l’Etat. Des parlementaires et d’anciens syndicalistes «connus à Annaba pour leur politique d’utilisation de Baltaguiyas pour la création de problèmes» seraient à l’origine des dépassements et du «tekhlat» au sein du complexe d’El-Hadjar, selon le communiqué du syndicat de Sider. «C’est la méthode qu’ils (NDLR : parlementaires et anciens syndicalistes) utilisent à chaque fois pour stopper le bon fonctionnement du complexe et déconcentrer ceux qui travaillent à la relance du géant de l’acier. Leurs hommes de main franchissent les murs du complexe pour instaurer un climat de terreur auprès des travailleurs, ébranlant ainsi la sécurité et la stabilité du complexe», peut-on encore lire sur le même communiqué qui ajoute que «les pratiques de ces parlementaires et anciens syndicalistes ne s’arrêtent pas là, puisqu’ils utilisent des directeurs de complexes industriels pour frapper encore la stabilité de Sider El-Hadjar et faire perdre aux travailleurs toute confiance en eux et en leur entourage. Ceci se répercute négativement sur le développement et la prospérité de la société». Ces parties seraient en train de provoquer la direction générale de la société afin d’entraver son travail. Un travail qui, selon le syndicat, aurait fait perdre aux parties dénoncées leur sang-froid, les conduisant à user de toutes les méthodes illégales de l’influence que leur confèrent leurs postes pour s’attaquer au complexe. «En tant que syndicalistes engagés pour la réussite, le développement et le fleurissement de notre société, source de revenus de milliers de familles, nous refusons et condamnons ce genre d’agissements», affirme le rédacteur du communiqué avant d’appeler les autorités concernées à agir. «De notre tribune, nous invitons les forces de sécurité concernées à ouvrir une enquête approfondie sur ces pratiques de «tekhlat» menées par ces parlementaires et anciens syndicalistes pour frapper la stabilité du complexe que nous défendons de toute notre énergie», conclut le communiqué.