de Sidi Bel Abbès, Nadia Boutalbi
Dans la commune de Daya relevant de la daïra de Télagh, le mouvement de protestation, organisé par ses habitants, se poursuit toujours, paralysant ainsi la totalité des services communaux et gelant toute activité. Les manifestants ont souligné que leur mouvement de protestation se poursuivra et que le siège de l’APC demeurera fermé jusqu’au départ du P/APC et des membres élus, ainsi que l’ouverture d’une enquête sur la gestion de l’APC. Les protestataires, irrités par le mutisme du P/APC et des élus à leurs doléances, ont fermé depuis une quinzaine de jours le siège de l’APC, interdisant à ses élus et fonctionnaires d’y accéder et paralysant tous ses services, exigeant l’arrivée du premier responsable de la wilaya pour lui faire part de leurs difficultés et les problèmes auxquels ils sont confrontés. Selon leurs représentants, les responsables locaux négligent les problèmes de leur population et font la sourde oreille à toutes leurs doléances. De nombreux habitants de la localité attendent impatiemment l’attribution d’un logement social ou rural, et d’autres jeunes n’ont pas eu droit à un poste de travail alors que des personnes étrangères à la commune étaient favorisées. Le recrutement aux postes de travail se fait en toutes discrétion, a-t-on soutenu, sans avis de recrutement ni affichage des dates de concours ni des résultats des épreuves. Les entrepreneurs de la localité ont, eux aussi, revendiqué l’annonce des avis d’appel d’offres des projets inscrits pour la localité afin de leur donner la chance de déposer leurs dossiers. Le P/APC et ses pairs incapables de prendre leur responsabilité doivent quitter la scène et laisser place à d’autres plus compétents et capables de gérer les affaires de la commune et de la population, insistent les protestataires. n