Le Syndicat national des magistrats (SNM) a exprimé, samedi, le rejet des accusations portées contre les magistrats de « n’agir que sur injonction« . Dans un communiqué rendu public au terme de la 1ère réunion de son bureau exécutif, suite au renouvellement complet de ses structures, et signé par son nouveau président, Issaâd Mebrouk, le SNM a affiché « un rejet absolu de toutes les accusations portées contre la magistrature et ses hommes à travers le recours, de plus en plus répété, de nombreuses parties officielles et non-officielles, à la présentation d’une image stéréotypée d’une justice n’agissant que sur injonction« .

Les magistrats « refusent qu’on traite avec eux comme un appareil qui n’entre en action que sur ordre ou sur convocation », soutient le SNM mettant en exergue l’attachement des juges à « leur droit constitutionnel, réclamé par le peuple, d’être un pouvoir indépendant assumant ses missions conformément aux principes de légalité et de justice et suivant une approche d’impartialité et d’équité ». Partant, le SNM a tenu à souligner que les magistrats « se tiennent à équidistance de toutes les catégories sociales et appellent tout un chacun à leur accorder la confiance voulue, sans tutelle ou pression ».

Plus de détails dans nos prochaines éditions