La succession à la tête du Forum des chefs d’entreprise (FCE), la plus importante organisation patronale en Algérie, est ouverte. Elle a été inaugurée hier par l’assureur Hassan Khelifati qui s’est dit candidat au poste de président de ce syndicat des chefs d’entreprise.
Depuis que Ali Haddad, patron du groupe ETRHB, actuellement en détention préventive, a quitté la présidence du FCE le 28 mars dernier, le syndicat est dirigé depuis le 7 avril par un intérimaire Moncef Othmani, P-DG de Fruital, pour une période de trois mois. Son mandat devrait donc expirer au mois de juin prochain, ce qui laisse peu de temps pour l’organisation d’une assemblée générale élective. Et c’est dans ce contexte que M. Khelifati, patron d’Alliance Assurances, s’est déclaré candidat. Dans le cas où il serait élu, a-t-il indiqué dans un entretien sur Radio M de Maghreb Emergent, il prévoit le lancement d’une concertation sur le changement ou le maintien de l’appellation « FCE », la modification ou pas du statut actuel du syndicat patronal. Dans le cadre des réformes qu’il souhaite mener, s’il est plébiscité par ses pairs, M. Khelifati a fait part de son intention d’ouvrir « la porte à l’élite qui a claqué la porte du FCE et de rassembler ceux qui sont restés membres. « Il n’est pas aisé de créer une nouvelle organisation ex nihilo », a-t-il déclaré. « Le FCE possède des membres respectables avec lesquels, on compte relancer cette belle machine et la restructurer », a-t-il ajouté, en soulignant que beaucoup d’adhérents souhaitent la « refondation » du Forum des chefs d’entreprise.