Les agents de contrôle du commerce seraient en grève depuis le début du mois de Ramadhan, d’après le président de l’Association de protection et d’orientation des consommateurs et de l’environnement (Apoce) Mustapha Zebdi. C’est ce qui explique, selon lui, le non-respect des prix référentiels des légumes par les marchands de détails. «C’est le contrôle qui pourrait garantir le respect des prix référentiels. En tant que consommateurs, nous pouvons alerter les services concernés, mais notre mission s’arrête là. Nous ne pouvons pas agir. Mais comme les agents de contrôle sont en grève depuis le début de Ramadhan, le marché est livré à lui-même. En l’absence de contrôle, toute l’opération relative aux prix référentiels pourrait être condamnée», souligne-t-il, assurant que si les agents de contrôle avaient effectué leur travail au premier jour de Ramadhan, les marchands de détails auraient baissé les prix. Sauf peut-être ceux de la tomate et des haricots verts notamment, dont le volume de production ne répond pas encore à la demande. «Ces légumes sont produits en hors saison. Les quantités produites donc ne répondent pas aux besoins. Les agriculteurs eux-mêmes les commercialisent à des prix élevés aux marchés de gros. Actuellement, le prix des haricots verts est de 200 DA/kilo et celui de la tomate varie entre 90 et
100 DA/kilo», indiquent les mandataires du marché de gros de Boufarik. Chez le détaillant, le prix de la tomate oscille entre 120 et 150 DA alors que son prix référentiel se situe entre 60 et
80 DA au marché de gros et entre 90 et 110 DA au marché de détails. Les mandataires du marché de gros des Eucalyptus, qui ont observé mardi un mouvement de protestation exigeant le départ de leur gérant, assurent, pour leur part, qu’au niveau des grossistes, les prix des légumes, mis à part la tomate, sont même inférieurs aux prix référentiels. «La production des légumes de saison est très bonne. Les prix auraient été bas même s’il n’y avait pas les prix référentiels», signale-t-il, précisant, à propos de leur mouvement de protestation, que ce dernier serait reconduit la semaine prochaine si le gérant est maintenu à son poste. Au marché de gros, d’après les mandataires, les prix de la courgette oscillent entre 30 et 50 DA/kilo, la pomme de terre entre 30 et 35 DA et la carotte entre 30 et 40 DA/kilo. L’aubergine est à 50 DA chez le grossiste mais est boudée, selon eux, par les marchands de détails. Pour ce qui est des fruits, Zebdi estime que le prix référentiel de la banane est élevé. «Avant le mois de Ramadhan, le prix de la banane se situait entre 270 et 300 DA/kilo. Le prix de référence se limite à 250 DA/kilo alors que l’exonération de produits de large consommation du Droit additionnel provisoire de sauvegarde (DAPS) réduit le prix de fruit de 30%», déplore-t-il.