Des rixes ont opposé deux groupes d’étudiants dans la nuit de mardi, au campus Hasnaoua de l’université Mouloud-Mammeri de Tizi Ouzou. Ces incidents font suite à une conférence que devait animer, à l’initiative de la Coordination locale des étudiants (CLE), l’ancien militant de la cause identitaire Mouloud Lounaouci autour du thème «le mouvement culturel berbère de 1980 et le mouvement populaire de 2019». Les incidents ont débuté alors que le conférencier était sur le point d’entamer sa conférence à l’auditorium Hasnaoua. C’est alors qu’un groupe d’étudiants a fait irruption dans la salle pour annoncer leur opposition à la tenue d’une telle conférence. L’un des étudiants faisant partie des opposants prendra la parole pour expliquer le geste de ses camarades qui refusent que des conférences à caractère politique soient organisées dans l’enceinte universitaire, raconte un témoin oculaire. Celui-ci rapporte que des rixes violentes ont opposé plusieurs étudiants entre ceux qui se disent favorables à la tenue de la conférence et ceux qui s’y opposent. S’ensuivra une grosse mêlée, avec échange de coups de poings et des bousculades. On parle même de blessés et de personnes prises de malaises suite à l’usage de gaz lacrymogène. Ces faits violents ont été condamnés par le recteur de l’Ummto, Ahmed Tessa, qui a appelé à la vigilance contre ces tentatives de déstabiliser toute une région. Il se dit convaincu que derrière les derniers faits enregistrés en l’espace de si peu de temps à l’université de Tizi Ouzou, il y a un acte de provocation visant la déstabilisation de l’université et la stabilité de la région et du pays ; en mettant en parallèle les faits de la nuit de mardi dernier, la visioconférence de Ferhat Mehenni et l’agression d’un étudiant dans une salle de cours au campus Hasnaoua.