La polémique qui remonte à 2015 entre l’ancienne ministre de la Culture, Nadia Labidi, et la secrétaire générale du Parti des travailleurs (PT), Louisa Hanoune, est loin d’être terminée.
L’affaire a commencé quand Mme Labidi a déposé plainte contre la patronne du PT qui l’avait accusée de « mauvaise gestion » dans le département de la Culture qu’elle a dirigé et d’être « au centre d’un « conflit d`intérêts ».
L’ex-ministre de la Culture (du 5 mai 2014 au 14 mai 2015) vient en effet d’annoncer avoir relancé la procédure judiciaire qu’elle a engagée il y a quatre ans contre M. Hanoune pour une affaire de diffamation. Dans un communiqué qu’elle a rendu public, l’ancienne ministre explique que la relance de ce procès se justifie par la fin de l’immunité parlementaire dont jouissait Mme Hanoune en sa qualité de députée jusqu’à la décision du PT de se retirer de l’APN.
La démission des députés du PT de l’APN est intervenue, faut-il le souligner, à la fin du mois de mars dans le sillage du mouvement populaire.
Mme Labidi a rappelé, dans son communiqué, avoir déposé en date du 7 mai 2015 une plainte contre Mme Louisa Hanoune pour diffamation auprès du Tribunal de Sidi M’hamed, relevant le fait que l’accusée ne s’est pas présentée devant le tribunal.
Mme Hanoune « était protégée par son immunité parlementaire. Aujourd’hui, elle vient de démissionner de son mandat de député. Il n’y a donc plus d’obstacle à ce que l’affaire suive son cours », a souligné l’ancienne ministre.
« C’est pourquoi, j’ai demandé à mes avocats de se rapprocher du juge d’instruction chargé de l’affaire pour que la procédure soit menée enfin à son terme», a relevé M. Labidi qui se dit « sûre » que le juge « comprendra ma détermination à ce que justice me soit rendue sans plus attendre désormais ». « J’ai confiance dans la justice de mon pays », a noté l’ancienne ministre dans son communiqué.