La Commission de discipline de la Ligue de football professionnel (LFP) a décidé, lundi dernier, d’homologuer le match ASO Chlef-WA Tlemcen de la 30e journée de Ligue 2 Mobilis disputé samedi dernier avec son résultat (1-1).

Ainsi, l’accession des Chélifiens en Ligue 1 a été officialisée en dépit de la confusion dans laquelle la rencontre décisive pour l’accession s’est « achevée » (on ne sait pas vraiment si l’arbitre a sifflé la fin des débats). Par conséquent, les responsables du Widad de Tlemcen ont décidé de faire appel de ce verdict dans l’espoir d’obtenir gain de match comme le stipule l’article 70 du code disciplinaire.
La Commission de discipline de la LFP a précisé, dans un communiqué publié sur le site de l’instance dirigeante de la Ligues 1 et 2, que « Cette décision a été prise après l’étude du dossier et du rapport des officiels du match suite à la réclamation du WA Tlemcen arguant que l’arbitre n’avait pas sifflé la fin de la partie en raison de l’envahissement du terrain par les supporters de l’ASO pour exprimer leur joie.
Après l’étude du dossier et du rapport des officiels du match, la commission a décidé d’homologuer le match en son résultat.»
A bien lire le communiqué, on s’aperçoit donc que le rapport des officiels a été d’une grande importance dans l’étude de ce cas. Tout le monde a vu que le match n’est pas allé à son terme. Et là, « les officiels » doivent nécessairement le mentionner. Seulement, il y a bien un doute là-dessus, car, si ça avait été le cas, le Widad aurait pu gagner le match sur tapis vert.

Le TAS fort probablement saisi
La réglementation est bien claire là-dessus. Le code disciplinaire et en particulier son article 70, prévoit qu’en cas d’envahissement du terrain entraînant l’arrêt définitif de la rencontre, il est déclaré match perdu pour l’équipe fautive. Et dans ce cas précis, l’ASO devrait perdre le match sur tapis vert et c’est, le cas échéant, le WAT qui aurait accédé à l’élite.
Et puisqu’on n’est pas dans ce scénario là, on peut deviner que l’arbitre Aouina n’a certainement pas mentionné sur la feuille de match que celui-ci n’est pas allé jusqu’à terme. Et c’est ce qui explique pourquoi les responsables du WAT ne digèrent pas cette « injustice ». Soulimane Nacereddine, un des dirigeants, a annoncé que « Nous allons déposer des réserves techniques auprès de la commission d’arbitrage ainsi qu’un compte rendu auprès de la commission de discipline espérant récupérer notre droit de gain du match ». Reste à savoir si la commission d’arbitrage va vraiment intervenir pour, éventuellement, rétablir le WAT dans ses droits. D’ailleurs, le très expérimenté Soulimane, dont les compétences en matières administratives ne sont plus à démontrer, a bien prévu des réponses négatives des deux commissions saisies. Et c’est pourquoi il a également tenu à préciser « On saisira le TAS et dans le cas où on n’aura pas gain de cause on est prêt à aller très loin pour défendre nos droits ». Donc après le TAS d’Alger, ça serait le TAS de Lausanne voire la Fifa qui serait saisie. Affaire certainement à suivre…n