Le président de la Fondation du 8 Mai 1945 a déclaré, hier, à l’APS que son organisation a soumis au ministère des Moudjahidine une demande officielle pour octroyer aux victimes des massacres de mai 45 le statut de chahid. «74 ans après, il est grand temps pour le ministère des Moudjahidine de leur octroyer ce statut», a déclaré Abdelhamid Selakdji. «L’impact financier de cette procédure est minime, le nombre des ayants-droit de ce dossier ne dépassant pas la centaine», a-t-il ajouté en mettant l’accent sur l’importance symbolique de cette décision qui «réhabilitera quelque 45 000 Algériens morts pour la liberté de l’Algérie».
Lors de ce soulèvement, le jeune Saâl Bouzid est le premier tombé en martyr, chahid, a rappelé le président de la Fondation. «Le plus grand nombre de victimes a été enregistré les 10 et 11 mai suite à l’intervention de l’armée coloniale et au déploiement de ses forces africaines à travers les villages», a-t-il indiqué, faisant état d’«exécutions collectives et individuelles pour semer la terreur parmi les Algériens.
Des massacres qui ont même touché les villes voisines, à l’instar de Kherrata, Beni Aziz et autres».<