Imitant leurs concitoyens de Aïn Fettah (Fillaoucène) et Aïn Youcef (Hennaya), les habitants de Saf Saf (Chetouane) situé à 7 km du chef-lieu (Tlemcen) ont condamné dimanche 5 mai l’entrée de l’annexe de l’APC en utilisant des blocs de parpaing et du ciment. Les protestataires, à leur tête des membres de l’Association sportive « Ra’id Saf Saf », dénonçaient la marginalisation de leur village à cause de l’incurie et l’inertie des élus de l’APC de Chetouane présidée par Mohamed Saïdi. Alertés, ce dernier s’est rendu sur les lieux, accompagné d’élus. Le P/APC, accueilli par des huées et des slogans hostiles, a cherché à prendre langue avec les protestataires qui l’ont chassé du village. Les habitants exigeaient la présence du wali pour lui exposer directement leurs problèmes divers liés à leur cadre de vie, à travers la réalisation d’une polyclinique, une salle polyvalente, une maison de jeunes, une piscine ainsi que l’éclairage public, le bitumage, les espaces verts, le revêtement intégral du stade…
A noter que les représentants de ladite association avaient été reçus trois fois par le wali mais sans résultat, selon le président Djawed Frid. Par ailleurs, il faut signaler que la sécurité de cette localité en pleine expansion due au phénomène de l’urbanisation, relève de la brigade de gendarmerie de Chetouane. Dans ce sillage, les citoyens affirment que l’insécurité règne dans cette agglomération et l’implantation d’une Sûreté urbaine est plus que nécessaire pour la protection des biens et des personnes.n