Le Ramadhan est incontestablement le rendez-vous annuel incontournable de la famille algérienne autour du petit écran. Coup de starter donc hier des programmes télévisuels ramadhanesques où les téléspectateurs découvrent les plus grandes productions de l’année.

Ramadhan 2019 a un goût aigre-doux d’un paysage audiovisuel algérien fortement secoué déjà depuis quelques mois par une baisse drastique de la manne publicitaire. De plus, la volonté de faire plus de nouvelles productions a été heurtée dans un contexte politique où l’investissement privé et public connaît une véritable douche glacée.
Toutefois, malgré ce contexte houleux, les chaînes privées se sont attelées à trouver les bons ressorts pour rebondir afin d’attirer les téléspectateurs et, par ricochet, les annonceurs durant ce mois le plus rentable pour renflouer les caisses. Dans le lot, si les deux chaînes les plus regardées par les Algériens, en l’occurrence Echououk et Ennahar, se concurrencent à coups de feuilletons avec des brochettes de stars de sit-com ou les incontournables caméras cachées, la petite chaîne privée qui monte, «Numédia», leur emboîte le pas avec des productions qui pourraient rafler une grande part de l’audimat.

Echourouk sort le grand jeu malgré la crise
La chaîne de télévision Echourouk est l’une des rares à avoir respecté le sacro-rituel de l’annonce de la grille de son programme de Ramadhan, lors d’une émission spéciale à laquelle a assisté son Directeur général Ali Fodil, ainsi qu’un certain nombre d’artistes et de producteurs.
En ce qui concerne les préparatifs des programmes de Ramadhan de cette année, Ali Fodil affirmera que «tout le monde sait que la chaîne a été exposée à un complot sérieux et à de très nombreuses situations compliquées depuis le Ramadhan 2018, où ceux qui détenaient le pouvoir politique à l’époque avaient réussi à bloquer les séries ‘‘Raïs korso’’ et ‘‘Tilka el Ayam’’». Il estime à ce sujet que «c’était un coup très dur pour notre chaîne. Nous étions néanmoins déterminés à terminer le travail en septembre, comme nous l’avions annoncé. Mais, hélas, on a comploté contre nous». Et confiant à ce propos que «nous essayons d’être professionnels, malheureusement, il y a les ennemis qui s’opposent à notre succès, en particulier dans l’audiovisuel ». A propos de la grille télévisuelle de cette année, le directeur de la chaîne Echourouk souligne : « Malgré les préoccupations de ce qui se passe dans le pays, ainsi que les différentes épreuves, la direction de la chaîne a réussi à relever le défi en proposant un programme inédit adapté au mois de Ramadhan. Ceci, tout en continuant à couvrir l’actualité politique au cœur des événements avec de plus en plus d’interactivités avec les téléspectateurs.»

Le retour de «Bila houdoud» après 20 ans d’absence
Pour reconquérir les téléspectateurs avec les recettes gagnantes des émissions humoristiques, prisées par une large part de l’audimat, la chaîne Echourouk annonce le retour de l’émission phare «Bila houdoud » qui avait marqué toute une génération d’Algériens avec des répliques cultes et réussi à réunir trois grands personnages, Mustapha, Hamid et Hazim, après une absence de 20 ans. Là où la chaîne frappe très fort, c’est le fait que «Bila houdoud» a été notamment tourné aux Etats-Unis et en France, dans le cadre d’une énorme production de Zakaria Ramadan et de la participation d’acteurs américains et étrangers. Présageons que cette version américaine connaîtra le même succès que celui des années 1990. Une autre série humoristique annonce son retour, «El Haj Lakhdar», incarné par Khader Boukharas, accompagné par une sélection d’acteurs, dont Kamel Bouakaz, Amar Thayeri et Mourad Chaâbane.
Concernant les incontournables feuilletons télévisuels, les téléspectateurs de la chaîne découvriront la nouvelle série dramatique « Les enfants du halal » tournée à Oran, mettant en vedette Abdelkader Geriou, Souhila Mâalem, Iman Nawal, Youssef Sehairi et d’autres. Echourouk diffusera également en exclusivité la série « Adherae El Djabal » réalisée par le Syrien Samir Houssein, une coproduction syro-algérienne à laquelle a participé une sélection des plus grandes stars du septième art des deux pays.
L’émission Caméra cachée tient également une place importante dans les programmes de Ramadhan de la chaîne Echourouk, on y trouve quatre concepts, dont «Hanna Haka», «Inssan » qui est à sa deuxième saison, « Ballak Mourak », dont le concept est de mettre en œuvre des stars face à la prédation animale. La grande nouveauté cette année pour la caméra cachée est le concept « Taxi politique», dans lesquels le chauffeur d’un taxi discute avec ses clients sur la situation du pays et sur le mouvement pacifique. Il fera en sorte de les induire en erreur en les persuadant que l’ex-président de la République Abdelaziz Bouteflika est de retour au pouvoir.

Numidia TV frappe fort cette année
Le programme que propose la chaîne Numidia TV se caractérise par sa richesse et la qualité de ses feuilletons et séries, notamment « Ramdan Fel Marikane » (le Ramaddan en Amérique), une comédie satirique créée par Mohammed Yabdri spécialement pour Ramadhan. Joué par Blaha Benziane, El Hadi Tir, Mohammed Yabdri et Taous Claire Khazem parmi d’autres artistes invités de plusieurs nationalités dont américaine, russe, française et coréenne. « Fel Marikane» est l’histoire de trois Algériens et d’une Américaine. Les trois premiers sont venus pour des raisons diverses, amour, aventure, argent motivé par « Americain Dream » (le rêve américain). A travers le personnage de la Roumia (Taous Claire Khazem) nous allons découvrir le point de vue américain. Le concepteur Mohammed Yabdri est un Algérien qui a vécu plus de six années aux USA, où il a participé à plus d’une vingtaine de productions théâtrales et enseigné le théâtre à des enfants américains de différentes origines culturelles.
L’autre série phare de cette chaîne est le feuilleton «Bou Baltou», la première série western algérienne. Cette série, réalisée par le jeune réalisateur algérien Nassim Boumaïza, est directement inspirée de deux films mythiques, « Indiana Jones» et «Zorro». Ce feuilleton « Boubaltou » a été tourné en Espagne « mettant le western au goût typiquement algérien », assure les producteurs. Par ailleurs, la chaîne retrouvera une partie de son programme habituel, dont le retour du prestigieux sit-com qu’adore le public «Wasset dar». Il y aura également le retour du divertissement international « Burger Quizz : Harissa Mayonnaise », avec Sofiane Dani, et une caméra cachée, « saha teklikh », où de grandes personnalités du chaâbi se trouveront piégées. Une autre émission culinaire avec des plats spéciaux pour le mois de Ramadhan s’intitulant «Fiha Baraka »

Priorité aux feuilletons tamazight sur la chaine Dzaïr Tv
D’autre part, Dzaïr Tv proposera également un programme des plus variés afin de satisfaire ses habitués et ses téléspectateurs. Ces derniers auront droit à «Dachret Zaki», l’histoire d’un drame social d’une famille algérienne dans l’un des villages de Kabylie, dans sa lutte pour la succession après la mort du chef de famille, afin de découvrir l’existence du fils de l’héritier d’une autre femme (expatriée). Les téléspectateurs sont aussi conviés à découvrir la série «Unguf» qui, selon la Dzaïr Tv, est l’une des plus grandes productions dramatiques en langue amazighe. Cette grosse production relate l’histoire d’une jeune fille qui veut se venger du meurtre de sa famille alors qu’elle n’était qu’une enfant, en utilisant un cheikh vivant en marge de la société. Côté cuisine, la nouveauté pour la chaîne est de proposer une émission culinaire quotidienne s’intitulant «chaque jour Bouraka », où les téléspectateurs découvriront les recettes quotidiennes du fameux «bourak». On y voit une jeune fille qui récupère les souvenirs de sa grand-mère en présentant ces principaux plats sur la table algérienne pendant le Ramadhan dans un décor traditionnel. Il est également prévu un programme spécialement conçu pour les femmes intitulé « Ramadhan Dzaïr » diffusé chaque jour à 15 heures, avec des animatrices qui discuteront des différents aspects du mois béni à travers un thème principal pour chaque épisode.S’ajoutera à la grille de ce programme l’émission « Télé Trend », présentée par l’animateur Malek Slimani et l’émission «Allo Dzaïr», un programme interactif ramadhanesque, présenté par Farida Aït Kaci et «Agoura du Ramadhan » présenté par Ahmed Belouna, une émission qui réunit des personnalités politiques et médiatiques autour d’une table pour le Ramadhan afin de débattre durant une heure et demie sur des questions nationales les plus importantes, avec un esprit humoristique. Dzaïr Tv invitera également des artistes chaâbis dans un programme artistique populaire « Qaâda Khelouia », qui se tiendra au Bastion 23 à Alger, en présence des artistes les plus en vue de ce caractère artistique algérien.
Pour sa part, la chaîne Djazaïria One se contentera du feuilleton «El Djarih», produit par Amer Bahloul. La chaîne mise sur cette nouvelle série dramatique qui met en vedette une pléiade de stars locales, à l’instar de Nesrine Serghini, Chahrazad Krachni, Fethi Nouri et, pour la première fois, la chanteuse Lilia Borsali. Côté rire, la chaîne reste fidèle à la production qui continue à avoir un grand succès auprès des fans, en l’occurrence le sitcom «Darna show», pour tenter de récupérer ce qui reste des téléspectateurs.

Silence Radio de l’ENTV
La grande absente médiatiquement parlant, pour ce Ramadhan 2019 est la chaîne publique, elle, qui organisait chaque veille du rendez-vous cathodique ramadhanesque une grande conférence pour présenter ses productions phare mais aussi une occasion de faire le bilan de la concurrence des télévisions en Algérie. Mais cette année, on a préféré déroger à la règle en supprimant la présentation de la grille ramadhanesque, censée engranger le plus de dividentes.