Depuis dimanche, l’APW de Constantine a renoué avec la légalité en élisant son nouveau président au grand soulagement des élus et du wali de Constantine. Ce n’était pas aussi simple, car il y a eu une intention d’élire un nouveau président dès la « démission » de Nadir Amirèche, le désormais ex-président de l’APW de Constantine.

A deux reprises, les membres de l’Assemblée populaire de wilaya se sont réunis pour remplacer le président sortant, mais au lieu des urnes, les votants se sont plutôt focalisés sur les bagarres et les mêlées qui ont caractérisées les deux premières rencontres. Pour ce troisième round, il a fallu l’intervention des députés sous la bannière FLN, surtout celle d’Ahmed Kharchi, qui a usé de tout son poids de membre du conseil national du front pour «proposer» un candidat du consensus. Cette fois, le choix s’est porté sur Abderahmane Bousbaâ, 58 ans, licencié en sciences sociales, pour succéder à Nadir Amirèche.
Contrairement aux deux précédentes rencontres, celle de dimanche a vu l’unique candidat à la présidence de l’APW récolter un maximum de voix dans une ambiance bon enfant, contrastant avec celles électriques d’il y a une quinzaine de jours.
Cette fois aussi, il y a eu un seul candidat au lieu de deux ou trois lors des précédents rendez-vous, et l’issue du vote ne devait aboutir qu’à l’élection de Bousbaâ, plus par défaut que par conviction. Le FLN disposant de 19 sièges sur les 43 que compte l’APW de Constantine, donc uniquement de majorité relative, le candidat devait avoir un petit coup de pouce des autres «collègues», notamment ceux du RND qui totalise 9 sièges. On comptait aussi au FLN sur un alignement des membres du parti de Filali Ghouini, El Islah, ce qui apparemment a été fait.
En tout état de cause, Bousbaâ Abderahmane a été plébiscité avec 24 voix en sa faveur, 15 contre et 4 bulletins nuls. Pour l’anecdote, un des bulletins nuls comportait l’inscription «yetnahawe gaâ», une preuve que le hirak qui a eu la tête de l’ancien président de l’APW, Nadir Amirèche, s’est même invité dans les urnes de l’APW.
Pour rappel, Bousbaâ n’est pas un inconnu au FLN puisqu’il totalise plusieurs années de militantisme et de postes importants en sa faveur. Le dernier en date a été celui de député de la nation, un privilège qui lui a valu d’avoir un appartement à Alger, à la cité des Bananiers, où il réside d’ailleurs depuis avec sa famille.
Très ému suite à son élection, Bousbaâ n’a pas hésité à remercier «tous les votants de toutes les tendances» en espérant que la «confiance» placée en lui permettra de «continuer à traiter les dossiers sensibles», mis sous le boisseau, suite à la crise qu’a vécu l’APW après le départ de son ancien président.
Il ne manquera pas aussi de souligner que sa main «est tendue à tous et que la seule casquette que je porte dorénavant ne se rapporte plus uniquement au FLN, mais au travail et au développement qu’attendent de nous les habitants de la wilaya de Constantine».n