Le Rassemblement national démocratique (RND) s’exprime sur l’actualité politique nationale de ces derniers jours. Dans un communiqué rendu public hier, à l’issue d’une réunion de son bureau national, le RND appelle la classe politique à la concertation et au dialogue dans l’objectif de réunir les conditions adéquates pour la tenue de l’élection présidentielle prévue le 4 juillet prochain. Dans le même document, le RND se dit favorable à la satisfaction de la revendication relative à l’application des articles 7 et 8 de la Constitution. Une satisfaction qui passera, selon la même source, par l’organisation de l’élection présidentielle. « La présidentielle va ouvrir la voie à un processus de réformes qui comprend l’application des articles 7 et 8 », lit-on dans le communiqué de la formation politique d’Ahmed Ouyahia. Dans le même sillage, le bureau national du RND rappelle qu’il a déjà demandé la mise en place d’une instance indépendante de contrôle des élections. L’installation de cette instance fait partie des objectifs tracés par le chef de l’Etat Abdelkader Bensalah. Ce dernier a invité la classe politique nationale à participer aux consultations qu’il a initiées en vue de dégager un consensus sur cette question. Un appel qui n’a pas eu de réponses favorables puisque la quasi-totalité des partis politiques et les personnalités nationales ont boudé ces consultations. Par ailleurs, le RND se dit prêt à tout consensus qui « apparaîtrait sur la scène politique nationale ». Le RND ne précise pas si sa réaction est une réponse à l’appel lancé, mardi dernier, par le chef d’état-major de l’ANP Ahmed Gaïd Salah à la classe politique nationale pour respecter le cadre constitutionnel. Autrement dit, le chef de l’état-major de l’ANP tient à la tenue de l’élection présidentielle le 4 juillet prochain avec la même composante du gouvernement. Une démarche que rejette la quasi-totalité des partis de l’opposition qui plaident pour une période de transition gérée par des personnalités nationales acceptées par le peuple. Il y a lieu de signaler que le Rassemblement national démocratique n’a pas fait de commentaire sur le mouvement de redressement que dirigent deux cadres du parti contre Ahmed Ouyahia. Ces derniers, en l’occurrence Seddik Chihab et Belkacem Mellah, tentent depuis des semaines de renverser Ahmed Ouyahia et d’élire un nouveau secrétaire général. Jusque-là, Ahmed Ouyahia résiste aux pressions et maintient son contrôle sur les appareils du parti. A noter qu’Ahmed Ouyahia a été auditionné mardi dernier au Tribunal de Sidi M’hamed à Alger, dans le cadre d’une enquête sur la dilapidation de deniers publics et l’octroi d’avantages illégaux. L’enquête se poursuit toujours.