Le ministre de la Jeunesse et des Sports, Raouf Salim Bernaoui, a indiqué jeudi soir à Alger que le budget prévisionnel de la 19e édition des Jeux méditerranéens d’Oran (25 juin-5 juillet 2021) est estimé à 75 millions de dollars, appelant le comité d’organisation à «aller plus vite» pour la réussite de cet évènement. «Vingt-six mois nous séparent du lancement de la 19e édition des JM qui consiste un défi pour l’Algérie, un pays habitué à organiser de grands évènements sportifs d’envergure africaine et internationale», a déclaré le ministre lors d’une réunion de coordination avec les membres du comité d’organisation des Jeux méditerranéens d’Oran (COJM), en présence de Mustapha Berraf, président du Comité olympique et sportif algérien et vice-président des JM-2021. Cette 3e réunion de coordination a enregistré la présence également du directeur général des JM-2021, Mohamed El-Moro, du directeur de la Jeunesse et des Sports de la wilaya d’Oran, Badreddine Gharbi, du représentant du wali d’Oran ainsi que du directeur du complexe olympique d’Oran, Salim Iles. «L’Algérie a organisé l’année dernière les Jeux africains de la jeunesse (JAJ-2018), une compétition qui a coûté 500 milliards de centimes aux pouvoirs publics», a rappelé M. Bernaoui, appelant le comité d’organisation à «établir un cahier de charges national et international pour bien gérer les moyens alloués par l’Etat en toute transparence», a-t-il relevé. Le ministre a insisté à cette occasion sur «la nécessité de bien négocier cette phase de préparation, notamment en matière de gestion des infrastructures afin de réussir cet évènement». «Le Comité international des jeux méditerranéens (CIJM) compte beaucoup sur la ville d’Oran pour relancer cette compétition. Il faut qu’il y ait un retour d’investissement à travers l’organisation d’un tel évènement. Le gouvernement ne ménagera aucun effort pour promouvoir l’image de l’Algérie, mais nous avons tendance à négliger les détails qui font toujours la différence», a expliqué Bernaoui. De son côté, le vice-président des JM-2021, Mustapha Berraf, a estimé que «les choses évoluent bien après la nomination d’un directeur général des jeux et la désignation des directeurs de wilaya, chargés de chapeauter chacune des commissions.» «Nous pensons que les choses doivent aller plus vite avec une meilleure planification qui devrait permettre de passer à la vitesse supérieure. Les efforts des pouvoirs publics sont considérables mais doivent être assortis d’actions plus concrètes. La ville d’Oran, une métropole importante de la méditerranée, mérite des jeux à la hauteur de sa réputation», a dit Berraf. Par ailleurs, le directeur général des JM-2021, Mohamed El-Moro, dans sa présentation du plan directeur de la 19e édition, a admis l’existence de «petites contraintes», appelant le ministre à accélérer l’installation du comité d’organisation des Jeux méditerranéens dont les recettes sont estimées à 52 millions de dollars et les dépenses avoisinent les 75 millions de dollars. «En attendant l’installation officielle du COJM, il faudrait déléguer des cadres permanents activant sous l’autorité du wali d’Oran. Nous avons 43 contrats à mettre en application, mais faute de financement, les choses tardent à se concrétiser sur le terrain. Nous devons passer à une autre étape de préparation et d’organisation des JM-2021», a fait savoir El-Moro. Pour rappel, le CIJM avait choisi le 28 août 2015 la ville d’Oran pour accueillir la 19e édition des Jeux méditerranéens en 2021.