L’exposition intitulée «Fils du peuple», organisée par un collectif d’étudiants, sera inaugurée aujourd’hui à 15H à la galerie «Le Paon» située au Centre des arts de Riadh El Feth (Oref), annonce la fondatrice et responsable de la galerie, Amal Mihoub. Cette exposition revêt un caractère particulier du fait que la galerie a cédé son espace aux étudiants désireux de partager leur travail et leur «passion pour les arts» avec le grand public, a-t-elle précisé. Devant réunir les travaux de quarante-trois étudiants de l’Ecole des beaux-arts d’Alger (ESBA), l’organisation de cette exposition s’est faite de «façon spontanée», en réunissant des artistes – ou futurs artistes –, des étudiants débutants ou, au contraire, en fin de cursus issus des différentes spécialités de l’école. Chaque participant présentera, jusqu’au 25 mai prochain, une œuvre de son choix, réalisée dans l’une des formes d’expression enseignées à l’ESBA, à savoir peinture, photographie, art digital, aquarelle ou encore sculpture. «Chaque exposant propose aux visiteurs une œuvre, il s’agit notamment d’art digital, de sculpture, de gravures mais aussi de peinture à l’huile, acrylique», souligne à ce propos Amal Mihoub. Elle ajoute, à propos du concept de ce rendez-vous intervenant au lendemain de l’exposition consacrée à l’artiste Soulimane Bouchettaq, qu’«avec «Fils du peuple », l’idée est simplement d’exposer des travaux d’étudiants issus de la seule école d’art d’Alger. Avant d’être des étudiants, ce sont des personnes intéressées par les différentes formes d’art et qui partagent leurs travaux avec le public».
L’organisation de ce rendez-vous a été supervisée par les exposants eux-mêmes et sa mise en place aura nécessité de longues semaines de travail, d’autant que la liste des participants a été enrichie tout au long de la préparation de l’exposition.
L’idée principale de l’exposition apparaissant ainsi de proposer au public un rendez-vous «différent» par sa forme, «ce n’est pas une sélection d’artistes ou d’œuvres au sens classique. Tout s’est fait au fil des discussions avec des étudiants que je connaissais et qui ont, à leur tour, fait appel à d’autres. C’est comme cela que nous avons atteint le chiffre de quarante-trois participants», a indiqué Amal Mihoub. La galeriste ajoute que dans ce sillage, «cette exposition se prépare depuis le mois de janvier dernier et réunit des étudiants de tous les niveaux et de toutes spécialités.Certains sont en première année, d’autres en troisième et spécialisés en miniatures, ou encore, en cinquième année de peinture. En fait, les 43 œuvres déclinent la même thématique, « Fils du peuple », qu’ils ont débattue et choisie eux-mêmes».